Archives de
Mois : octobre 2017

AGORADIR : L’ADIR vous donne la parole !

AGORADIR : L’ADIR vous donne la parole !

AGORADIR : Valoriser la parole des Robertsauviens ! 

Cela fait cinq ans que le débat sur la construction d’un nouveau foyer catholique occupait les esprits. Campant sur leur position, sûrs de leur bon droit, les uns et les autres entendaient faire triompher leur point de vue : « La vérité étant de notre côté, pourquoi discuter plus longtemps ? »

Force est de dire également que ce n’est pas le semblant de rencontres organisées durant cette période et destinées à apaiser les tensions qui permettait d’y voir plus clair dans les attentes des différents protagonistes. La situation semblait bloquée, le désengagement du promoteur ICADE s’est révélé fort opportun.

Aujourd’hui le projet initial a pris une autre dimension. Les Robertsauviens, parce qu’ils aiment leur quartier et qu’ils désirent améliorer leur qualité de vie, attendent la création d’un Cœur pour la Robertsau. L’ADIR, toujours à l’écoute des habitants, prend sa part dans cette réflexion et a décidé de leur fournir une agora, un espace de discussion citoyen.

La première réunion aura lieu le jeudi 12 octobre à l’Escale à 20h.

Cette rencontre aura pour but d’entendre les souhaits des uns et des autres. Chacun pourra laisser libre cours à son imagination, faire les propositions que certains qualifieraient d’utopiques mais qui lui paraissent réalisables. Parmi les personnes présentes celles qui le désirent collationneront les suggestions, relèveront les idées et se retrouveront pour établir un programme des aspirations des Robertsauviens sur ce Cœur pour la Robertsau. Un autre AGORADIR fournira l’occasion d’exposer l’ensemble des actions inventoriées et réparties par thématiques.

Soyez réellement les acteurs de votre quartier en participant au premier AGORADIR.

 

L’ADIR vient de déposer un recours contre la fermeture des berges au préfet

L’ADIR vient de déposer un recours contre la fermeture des berges au préfet

Voici le texte du recours envoyé à la préfecture : 

Monsieur le Préfet,

Le Parlement Européen a déposé, en date du 19 juillet 2017, une déclaration préalable de travaux, visant à réaliser des aménagements et à installer des portails et des parois, le long de la rive droite de l’Ill à l’arrière du bâtiment Winston Churchill.

Vos services ont fait droit à cette déclaration de travaux par une décision de non-opposition tacite, dans le délai de deux mois suivant le dépôt de la déclaration.

Par la présente, j’ai l’honneur de vous demander, à titre gracieux, de revenir sur cette décision, pour les raisons développées ci-après.

Au préalable, je précise que l’association de défense des intérêts de la Robertsau (ADIR) que je préside, s’attache à défendre la qualité de vie à la Robertsau et, en particulier, à promouvoir des modes de transport doux et actifs au bénéfice des Robertsauviens. Le projet du parlement Européen conduirait à fermer une des pistes cyclables les plus utilisées par les Robertsauviens dans leur itinéraire vers le centre-ville. L’intérêt à agir de l’ADIR dans cette démarche ne peut donc être contesté.

Nous vous demandons de revoir votre décision de non-opposition à ce projet pour les raisons suivantes.

  • En premier lieu :

ce projet conduirait à fermer une voie cyclable majeure du réseau cyclable de Strasbourg, entre la passerelle Ducrot et le pont de la Rose Blanche. Cette coupure obligerait la collectivité publique à dévier l’itinéraire cyclable par d’autres voies, ce qui impliquera des coûts importants que le Parlement Européen n’assumera pas.

Il en va de même de l’itinéraire de la Vita’Boucle, parcours de sport-santé, que le projet contesté couperait également et que la collectivité serait aussi amenée à détourner.

Votre décision porte donc atteinte aux deniers publics de nos collectivités locales et provoque des charges financières que le contribuable strasbourgeois n’a pas à supporter.

  • En second lieu

le projet contesté rendrait impossible l’accès aux berges de l’Ill, cours d’eau domanial, pourtant garanti par la réglementation relative aux servitudes d’accès et de passage le long des berges du domaine public fluvial. Le respect de cette réglementation relève de l’Etat, que vous représentez.

Pour ces raisons et d’autres que nous pourrons développer devant une instance contentieuse, nous vous demandons de revenir sur votre décision et d’inviter le Parlement Européen à revoir les modalités de son projet, pour rendre ses contraintes de sécurité mieux compatibles avec le bénéfice que nos concitoyens tirent de l’usage de cette piste cyclable et des berges de l’Ill, à cet endroit.

Je précise que nous informons, outre le parlement Européen, le président de l’Eurométropole de Strasbourg et le Maire de Strasbourg de ce recours.

Dans l’espoir d’une issue favorable à la présente requête, je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations les plus cordiales.

Jacques Gratecos, président »