Archives de
Catégorie : Personnalité

Les pasteurs de la Robertsau, Monika Garruchet et Alain Lentz, sur le depart

Les pasteurs de la Robertsau, Monika Garruchet et Alain Lentz, sur le depart

La pasteure Monika Garruchet part en Suisse cet été, et le pasteur de la Cité de l’Ill, Alain Lentz, prendra sa retraite en septembre.

garruchet

Après 16 ans de présence à la Robertsau, son sourire et la chaleur de son accueil faisaient presque partie du patrimoine de notre quartier. Monika Garruchet quittera la Robertsau le 1er août 2016 pour rejoindre une paroisse en Suisse alémanique, près de Soleure.

Elle a mené à bien de nombreux chantiers, dont la rénovation du foyer Mélanie et un travail acharné pour l’œcuménisme.

Autre figure de la Robertsau, que l’on remarquait sillonnant les rues du quartier au volant de sa Dyane 6 bleue, le pasteur Alain Lentz de la Cité de l’Ill va prendre sa retraite en septembre 2016.

lentz

On retiendra son engagement sans faille auprès des plus démunis, avec l’organisation mensuelle d’une braderie / brocante très appréciée. L’église protestante de la Cité de l’Ill est également un lieu d’accueil très ouvert pour l’organisation de fêtes, de concerts ou de manifestations diverses. Sans oublier son engagement dans le dialogue inter-religieux.

Nous souhaitons au pasteur Lentz de bien profiter de sa retraite. Et bonne chance à Monika Garruchet pour sa nouvelle mission.

Destin ‘robertsauvien’ d’il y a un siècle

Destin ‘robertsauvien’ d’il y a un siècle

robertsauvien Il était né le 14 mars 1887, à la Ruprechtsau, comme on appelait alors officiellement la Robertsau. Cela faisait dix-sept ans, depuis la défaite des troupes de Napoléon III face aux Prussiens en 1870, et la proclamation de l’empire allemand dans la galerie des glaces à Versailles en 1871, que l’Alsace (et la Moselle) était allemande.

Il était le fils aîné de Jean Daniel Klughertz et de Françoise Amélie Waeckel qui lui donnèrent le nom de Jean Charles. Il porta donc le nom de Jean Charles Klughertz, un beau patronyme qui évoque l’intelligence (die Klugheit) et le cœur (das Herz).

Dès qu’il fut en âge d’aller à l’école, il y alla : l’instruction primaire était déjà obligatoire en Allemagne, bien avant les lois de Jules Ferry en France (1881-1882). On lui apprit à lire et à écrire l’allemand. À la maison et dans la rue on ne communiquait qu’en dialecte alsacien. Le français était ignoré de l’immense majorité des gens. Le moment venu, il apprit un métier, et ce fut évidemment celui de maraîcher. Pouvait-il en être autrement à la Robertsau de cette époque-là, quand le village comptait une bonne centaine de maraîchers ?

Lire la suite Lire la suite

René Hampé, un grand président nous a quittés.

René Hampé, un grand président nous a quittés.

Le 20 décembre, nous avons appris le décès de René Hampé. L’ADIR tient à lui rendre hommage.

René Hampé à l'assemblée Générale de l'Adir le 17 avril 2015
René Hampé à l’assemblée Générale de l’Adir le 17 avril 2015 © Photo EJ

Il n’est pas arrivé à l’ADIR par hasard, et l’influence et les fonctions qui furent les siennes au sein de l’ADIR sont dans le droit fil d’une vie qu’il a consacrée aux autres. L’on connaît son engagement syndical à ce qui était la Radio Télévision Française et qui allait devenir l’ORTF puis TDF. L’on n’ignore pas non plus son appartenance au Parti Socialiste et sa participation au premier mandat de Catherine Trautmann de 1989 à 1995, en tant que conseiller municipal. Il lui fallait, après cette date, se dévouer à une noble cause et, pour lui, ce fut la défense du quartier de la Robertsau dont il jugeait que l’intégrité était trop souvent mise en péril. Il me faut citer ses propres paroles : « Je suis président de l’ADIR parce que l’implication associative est la continuité logique de mon engagement politique. »

Lire la suite Lire la suite

Hommage de Jacques Gratecos à René Hampé

Hommage de Jacques Gratecos à René Hampé

Il m’est particulièrement pénible d’avoir aujourd’hui à prendre la parole à côté du cercueil qui abrite la dépouille de René Hampé.

DSC_0103

Mais, si je tiens à être là, c’est parce que je m’exprime non seulement en tant que président de  l’ADIR, mais au nom du comité de l’association. Je pense être aussi l’interprète de tous les adhérents  de l’ADIR et je dirais même d’une majorité de Robertsauviens.

Je veux ainsi rendre hommage à un homme qui, je puis l’assurer, n’a jamais laissé indifférent. Il s’est distingué d’abord par son investissement dans l’ADIR et l’ouverture donnée à ce que j’appellerai « son association ». Pour autant je n’oublierai pas sa présence dans de nombreuses autres structures associant les habitants et où il a su se faire entendre. Enfin j’évoquerai, parmi les combats qu’il a menés, ceux qui l’ont laissé un brin amer et les succès remportés.

Il me faut  souligner en premier lieu la cohérence du parcours de René Hampé. Il n’est pas arrivé à l’ADIR par hasard et l’influence et les fonctions qui furent les siennes au sein de l’ADIR sont dans le droit fil d’une vie qu’il a consacrée aux autres. L’on connaît son engagement syndical à ce qui était la Radio Télévision Française et qui allait devenir l’ORTF puis TDF. L’on n’ignore pas non plus son appartenance au Parti Socialiste et sa participation au premier mandat de Catherine Trautmann de 1989 à 1995 en tant que conseiller municipal. Il lui fallait, après cette date,  se dévouer  à une noble cause et, pour lui, ce fut la défense du quartier de la Robertsau dont il jugeait que l’intégrité était trop souvent mise en péril. Il me faut citer ses propres paroles : « Je suis président de l’ADIR parce que l’implication associative est la continuité logique de mon engagement politique. »

Pour lui la Robertsau n’était pas le « quartier de nantis » trop souvent brocardé aujourd’hui. Il s’acharnait à rappeler combien la Cité de l’Ill toute proche en était une partie qu’il importait de ne pas négliger et il aurait bien aimé que notre association y ait son siège pour manifester notre proximité avec les habitants.

Lire la suite Lire la suite

René Hampé nous a quittés

René Hampé nous a quittés

Les membres du comité et les adhérents de l’ADIR ont l’immense tristesse de vous annoncer le décès de leur ami, et ancien président, René Hampé.

René Hampé à l'assemblée Générale de l'Adir le 17 avril 2015
René Hampé à l’assemblée Générale de l’Adir le 17 avril 2015

Président de l’ADIR de 1999 à 2013, il a toujours œuvré avec passion pour défendre les intérêts de la Robertsau. Amoureux de la nature et du patrimoine de son quartier, il savait s’engager pour défendre ses valeurs.

Que ce soit en politique, dans la vie associative ou dans sa vie professionnelle, il a toujours insufflé des dynamiques de soutien à la Robertsau et a su rassembler pour une vision plus belle de notre société.

Si tu n’avais pas été là, la Robertsau aurait été très différente.Ses habitants te doivent beaucoup.

Adieu l’ami. Tu nous manques déjà.

A son épouse Jacqueline, à ses enfants, à sa famille, à ses proches, nous présentons nos sincères condoléances.

Décès de Rinaldo Locatelli, secrétaire adjoint de l’ADIR

Décès de Rinaldo Locatelli, secrétaire adjoint de l’ADIR

Rinaldo Locatelli, notre cher secrétaire adjoint, est décédé le 8 juillet dernier.
Nous le savions malade mais nous n’imaginions pas ne plus le revoir parmi nous, tant sa présence durant les réunions du Comité et du Bureau de l’ADIR apportait sérénité et haute tenue aux débats les plus vifs.

Ancien du Conseil de l’Europe, Rinaldo avait compris ce qui faisait le charme de la Robertsau au point de s’y établir, choisissant d’y demeurer au moment de la retraite après une carrière professionnelle riche.

Après des études économiques et sociales à l’Université de Fribourg en Suisse, il obtient son doctorat en Sciences Politiques avec la mention « magna cum laude » marquant la grande qualité de ses travaux. Nommé administrateur au Greffe de l’Assemblée Parlementaire, il oeuvrera au sein du Conseil de l’Europe jusqu’à devenir Directeur Exécutif du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux. Parallèlement, il était chargé de cours de 3ème cycle sur les politiques régionales et la coopération transfrontalière à l’Institut d’Etudes Politiques de l’Université de Strasbourg.

Fortement attaché à la préservation des atouts de notre quartier et à notre qualité de vie, il avait naturellement rejoint l’ADIR et nous faisait partager sa grande expérience.

Nous garderons de lui l’image d’un sage. Une voix posée, jamais un mot plus haut que l’autre, mais, à chacune de ses interventions, des phrases sobres, des réflexions aussi aiguisées que pertinentes.

Oui, tel était Rinaldo Locatelli et l’ADIR lui doit beaucoup.

« Quelqu’un meurt et c’est comme un silence qui hurle »

tiré d’un poème de Benoît Marchon

Décès de Rinaldo Locatelli, secrétaire adjoint de l’Adir

Décès de Rinaldo Locatelli, secrétaire adjoint de l’Adir

Nous venons d’apprendre la disparition de Rinaldo Locatelli, notre cher Secrétaire Adjoint.

rinaldo_decembre2014
Rinaldo Locatelli (au centre) entre René Hampé (à gauche) et le conseiller municipal Thierry Roos (à droite) à l’occasion de la réunion sur la géothermie en décembre 2014 à l’Escale

Ancien du Conseil de l’Europe, Rinaldo avait compris ce qui avait fait le charme de la Robertsau, au point de s’y établir et même d’y demeurer au moment de la retraite après une carrière professionnelle riche.

Après des études économiques et sociales à l’université de Fribourg, il obtient son doctorat en sciences politiques en 1964 avec la mention Magna Laude ( avec grande louange). Puis administrateur au Greffe de l’Assemblée Parlementaire, il oeuvrera au sein du Conseil de l’Europe, jusqu’à devenir directeur exécutif du congrès des pouvoirs locaux et régionaux.  Parallèlement, il était chargé de cours de 3° cycle à l’Institut d’études politiques de l’université de Strasbourg sur les politiques régionales et la coopération transfrontalière.

1098635124_53_150Fortement attaché à la préservation des atouts de notre quartier et à notre qualité de vie, il avait naturellement rejoint l’ADIR et nous faisait partager sa grande expérience.

Je garde de lui l’image d’un sage, même lors de séances du Comité parfois passionnées. Une voix posée, jamais un mot plus haut que l’autre, mais à chacune de ses intervention, des phrases sobres, des réflexions aussi aiguisées que pertinentes.

Oui, tel était Rinaldo Locatelli et l’ADIR lui doit beaucoup.

Nous nous associons à la douleur de ses proches et l’ADIR présente toutes ses condoléances à sa famille.

Laurent PAUL
Vice-président de l’ADIR