Archives de
Catégorie : PPRT

Le Port aux pétroles

Le Port aux pétroles

Par jugement de janvier 2014, précédant la mise en vigueur du PPRT, le Tribunal Administratif de Strasbourg jugeait que Rubis Stockage, comme les autres entreprises concernées au port aux pétroles, ne respectaient pas les critères permettant d’exclure les durées supérieures à 2 minutes pour la rupture guillotine du bras de chargement. Mais ce n’était pas de nature à rendre illégal l’arrêté préfectoral les prescrivant. Il estimait qu’il incombait au Préfet de faire respecter les obligations administratives en utilisant ses pouvoirs.

portpetroles

 

Le rapporteur de la République, en 2016, a estimé que le préfet n’avait pas fait respecter ces obligations, et de ce fait, il concluait :

« Sens synthétique des conclusions : Annulation totale ou partielle Sens des conclusions et moyens ou causes retenus : annulation du PPRT en tant qu’il exclu le risque de rupture guillotine du bras de chargement pour erreur d’appréciation. ».

Deux autres risques importants sont minimisés, ou exclus, dans le PPRT mis en vigueur : explosion d’un feu de nuage par débordement de bac et incendie de mono chlorobenzène dans une cuvette de rétention. Certains de ces risques sont létaux à près de 500 mètres du site. Mais un seul risque mal estimé était déjà suffisant pour annuler le PPRT.

Lire la suite Lire la suite

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE

« Par jugement du mois de janvier 2014, précédant la mise en vigueur du PPRT, le Tribunal Administratif jugeait que la circonstance que Rubis Stockage, comme les autres entreprises concernées du port aux pétroles, ne respectait pas les critères permettant d’exclure les durées supérieures à 2 minutes pour la « rupture guillotine du bras de chargement, n’était pas de nature à rendre illégal l’arrêté préfectoral les prescrivant ».

Il estimait qu’il incombait au Préfet de faire respecter les obligations en utilisant ses pouvoirs.

Le rapporteur de la République, en 2016, a estimé que le préfet n’avait pas fait respecter ces obligations, et de ce fait, il concluait :

Sens synthétique des conclusions : Annulation totale ou partielle
Sens des conclusions et moyens ou causes retenus : annulation du PPRT en tant qu’il exclut le risque de rupture guillotine du bras de chargement pour erreur d’appréciation.

Le tribunal dans son jugement de ce jour n’a pas suivi, comme il est habituel, les conclusions du rapporteur, nous ne pouvons que le déplorer.

Il nous faut analyser les termes de ce jugement pour essayer de comprendre les motivations qui nous échappent pour l’instant.

Les autres erreurs d’appréciation soulevées dans notre recours n’ont apparemment pas fait l’objet d’une analyse technique suffisante par le Tribunal, qui ne les a pas prises en compte.

Pour l’ADIR, Jean-Daniel Braun

Projet de géothermie profonde à la Robertsau : Réaction de l’ADIR aux conclusions du commissaire enquêteur

Projet de géothermie profonde à la Robertsau : Réaction de l’ADIR aux conclusions du commissaire enquêteur

Une nouvelle voix

L’ADIR ne peut que saluer les conclusions du commissaire enquêteur sur le projet de géothermie profonde. En prenant en compte les problèmes de contamination de la nappe phréatique et les risques d’explosion, il rejoint les conclusions de notre association. De manière générale, nous  notons que nos conclusions ne sont pas éloignées de celles du commissaire, et cela confirme notre capacité d’analyse précise, même lors de dossiers complexes et techniques.

Mais nous retenons surtout que c’est le manque d’information qui est pointé par le commissaire enquêteur.

Car contrairement aux porteurs du projet, les associations ont rempli pleinement leur rôle de lanceur d’alerte.

Nous avons pallié les lacunes de la puissance publique en organisant des réunions publiques et en diffusant largement l’information dans nos parutions et sur nos sites internet. Sans notre insistance, les élus auraient-ils pris position ?

Une nouvelle voie

L’ADIR note que certains de nos élus font toujours une confusion entre légitimité et légalité. Pout ceux-là le mot « légitimité » est synonyme de latitude à prendre quelle décision sans ne se préoccuper ni des conséquences ni des habitants.

D’autres élus ont heureusement compris que légitimité était synonyme d’équité, et que cette notion se fondait sur des bases éthiques et morales, le but étant avant toute chose d’obtenir le consentement d’un groupe.

L’envoi de l’avis de la ville de Strasbourg hors délai pose également question : l’exécutif a-t-il une vision cohérente et commune sur ce sujet ?  Ce bricolage en est-il le résultat d’une dissonance ?

Le politique doit rendre compte à la population pour laquelle il agit. En se comportant ainsi, les politiques ne perdent pas le contrôle, au contraire ; cette nouvelle manière de gérer va redonner confiance dans le pouvoir politique.

Les associations de quartier, comme l’ADIR, contribuent à renforcer l’intérêt des citoyens pour la chose publique. En faisant cavalier seul, les politiques se tirent une balle dans le pied.

Les candidats aux élections départementales avaient pris conscience de cette nouvelle voie. A eux de transposer maintenant cette manière de gérer à tous les autres dossiers, et particulièrement sur le foyer St Louis.

Jacques Gratecos, président

ENQUÊTE PUBLIQUE DEMANDE D’AUTORISATION D’OUVERTURE DE TRAVAUX MINIERS AU PORT AUTONOME DE STRASBOURG : Avis formulé par l’Association de Défense des Intérêts de la Robertsau, environs et alentours

ENQUÊTE PUBLIQUE DEMANDE D’AUTORISATION D’OUVERTURE DE TRAVAUX MINIERS AU PORT AUTONOME DE STRASBOURG : Avis formulé par l’Association de Défense des Intérêts de la Robertsau, environs et alentours

Voici l’avis formulé par l’Association de Défense des Intérêts de la Robertsau, environs et alentours. Vous pouvez vous en inspirer, mais il ne faut en aucun cas, le copier.

Voici les horaires de présence du commissaire enquêteur : 

Le commissaire-enquêteur se tiendra à la disposition du public pour recevoir ses observations aux jours et heures suivants :

A la mairie de Strasbourg (centre administrarif – salle 144 – niveau 0 :

  • Le samedi 25 avril 2015 de 9 heures à 12 heures
  • Le mardi 12 mai 2015 de 16 heures à 19 heures
  • Le lundi 18 mai 2015 de 14 heures à 17 heures

A la mairie de Quartier de La Robertsau – l, rue du Parc – 67000 Strasbourg :

  • Le vendredi 17 avril 2015 de 14 h 30 à 17 h 30
  • Le jeudi 30 avril 2015 de 9 h 30 à 12 h 30.

En dehors de ces horaires, vous pouvez à tout moment laisser votre avis sur le cahier spécialement à disposition.

L’enquête publique sera ouverte le mercredi 15 avril 2015 et durera 34 jours, soit jusqu’au lundi 18 mai 2015 inclus.

 

gethermie4

1. Contexte général

Le contexte dans lequel se déroule cette enquête est pour le moins singulier. En effet un permis de recherche Géothermie Haute Température dit de Strasbourg a été délivré à la Sté FONROCHE le 10 juin 2013. Fort de ce permis le Port Autonome de Strasbourg, Présidé par une Vice Présidente de la CUS, aujourd’hui Eurométropole, Madame Catherine Trautmann, a signé un contrat d’autorisation d’occupation d’un terrain situé au centre du Port aux Pétroles de Strasbourg en faveur de la Sté Fonroche.

Le 8 juillet 2013, la Sté Fonroche a déposé une demande d’autorisation d’ouverture de travaux miniers pour 4 forages de gîtes dans le périmètre du permis exclusif de recherche de Strasbourg, dont celui du site du port aux pétroles.
Le 27 avril 2014 un avis de l’Autorité Environnementale concernant ce site était publié, faisant état de nombreuses lacunes dans l’étude d’impact, notamment sur l’analyse de l’état initial, l’étude sanitaire, les impacts réels sur la faune, ainsi que sur les mesures envisagées pour éviter, réduire ou compenser ces impacts.

Le 17 juillet 2014, la Sté Fonroche déposait un nouveau dossier et retirait l’ancienne demande d’autorisation.
Le 21 novembre 2014 un nouvel avis de l’Autorité Environnementale, favorable à la réalisation des travaux miniers, était publié.Il faut noter que le nouveau dossier déposé par Fonroche le 17/07/2014 ne répondait nullement de manière satisfaisante aux observations formulées dans le premier avis.Monsieur le Commissaire Enquêteur pourra utilement établir une comparaison détaillée entre les deux dossiers de demande d’autorisation d’ouverture de travaux pour se rendre compte de cette situation.

Nous ne sommes pas étonné de cet avis favorable, malgré les lacunes du dossier sur lesquelles nous reviendrons. En effet l’Autorité Environnementale est un service de la préfecture. Ainsi le préfet rend un avis de la main gauche et décide de la main droite.Cette situation est contraire aux directives européennes. Dans un arrêt dit « Seaport » la Cour de justice de l’Union Européenne statuait en 2011 que « L’Autorité Environnementale qui évalue les projets doit avoir une autonomie fonctionnelle et la capacité de rendre des avis objectifs »

Ces critères ne sont pas remplis avec le modèle actuel de l’AE, et Madame la Ministre, Ségolène Royale, en convenait encore le 28 mars dernier au congrès de France Nature Environnement.

La singularité de cette enquête publique, est illustrée par une réunion publique organisée par des associations, tenue le 10 mars 2015 dans la salle du Bon Pasteur, au cours de laquelle les candidats aux départementales des cantons 4 et 5 devaient se prononcer pour ou contre la géothermie au port aux pétroles. Les candidats, onze binômes, ont tous répondu « non à la géothermie profonde haute température au port aux pétroles ». Les Dernières Nouvelles d’Alsace du 12 mars, rendant compte de cette réunion écrivaient, « Raison invoquée unanimement: le site fait l’objet d’un PPRT ( plan de protection des risques technologiques), en raison des produits dangereux qui s’y trouvent » La surprise est venue de l’annonce faite par Mr Alain Fontanel, premier adjoint Ville et vice président de l’Eurométropole (avec l’aval du maire Roland Ries et du Président de l’Eurométropole Robert Herrmann, a-t-il précisé) «La ville donnera un avis négatif au projet lors de l’enquête publique…….et par ailleurs elle a déjà informé la Sté Fonroche et la préfecture qu’elle n’achètera pas l’énergie produite au port aux pétroles »

Sans débouchés pour la chaleur, le projet ne peut être rentable, et son financement ne peut être assuré.
QUELLE JUSTIFICATION POUR L’ENQUÊTE PUBLIQUE ?

Lire la suite Lire la suite

RISQUES INDUSTRIELS

RISQUES INDUSTRIELS

pprt
© Photo Emmanuel Jacob / tdr

Le bilan de la prévention des risques industriels en Alsace présenté récemment par la DREAL, et rapporté dans l’édition du 8 novembre des Dernières Nouvelles d’Alsace, appelle de ma part un certain nombre de réflexions. En Alsace, comme dans le reste de la France, les PPRT ont été approuvés à marche forcée sur ordre du Ministre, contrairement aux affirmations de Madame Ségolène Royale qui déclarait le 5 avril dernier à l’occasion de l’assemblée générale de France Nature Environnement :

« Les certitudes arrogantes assénées par les décideurs n’aident ni à réparer le présent, ni à préparer l’avenir ….. Le temps est à l’efficacité et à la morale de l’action publique». Il est aussi « à l’association des citoyens aux décisions qui les concernent » ajoutait-elle.

Les associations de défense des riverains, membres de la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso, réunies à PARIS le samedi 25 octobre 2014, ont malheureusement dû constater le manque de transparence complète des DREAL dans l’établissement des études de risques qui conditionnent les zones de danger des PPRT. Le refus de communiquer les bases des calculs permettant d’établir les cartes de risques est général. Ce manque d’information est certainement à la base de la mauvaise acceptation de ces plans par la population. De plus il faut constater que le principe polleur-payeur n’est en aucun cas respecté.

A Strasbourg, l’élaboration du PPRT du Port aux pétroles est une bonne illustration de ce qui précède. Depuis l’enquête publique réalisée au début de l’année 2013, l’ADIR soutient, explications techniques à l’appui, que les critères d’exclusion du PPRT, fixés par la loi, d’un certain nombre de risques industriels existants ne sont pas remplis. Cette situation a conduit l’Association à porter recours devant le Tribunal Administratif. Depuis bientôt deux années, les services de l’État n’ont pas trouvé de réponses aux arguments avancés. Ainsi le PPRT du Port aux pétroles, loin de sécuriser les riverains, occulte un certain nombre de risques bien présents.

Pire, une inspection du site de RUBIS TERMINAL le 6 février 2014 montrait que les prescriptions de l’arrêté ministériel du 10 mai 2000 fixant les conditions d’exploitation du site n’étaient pas respectées. Le constat d’une visite de contrôle en date du 27 mars 2014 convenait que la situation était rétablie, mais mettait en lumière que « La présence dans une même capacité de rétention de liquides inflammables et de substances susceptibles de dégager du cyanure d’hydrogène en cas d’incendie pose question ». Cette situation présente des risques de toxicité aiguë et de dégagement d’acide cyanhydrique en cas d’incendie ou d’échauffement, mais elle n’a pas été répertoriée dans les risques pris en compte lors de l’élaboration du PPRT.

En ce qui concerne les projets de géothermie profonde, quatre dans l’agglomération strasbourgeoise, aucun accord de forage n’a été donné à ce jour. L’ADIR, concernée par une installation prévue au cœur du Port aux pétroles, s’étonne que ce projet puisse même être évoqué, sachant qu’à ce jour, tous les sites de ce type dans le monde ont dû faire face à l’occurrence de microséismes pouvant être ressentis par la population avec des conséquences parfois néfastes sur les bâtiments. Le phénomène de sismicité induite, bien que connu, n’est pas encore expliqué physiquement par les scientifiques. Les sinistres provoqués au sein de l’environnement bâti, les risques de pollution et ceux liés à un environnement dangereux comme le Port aux pétroles, répertoriés dans tous les forages de ce type, doivent impérativement être pris en compte dans les décisions d’autorisation qui seront prises par l’autorité préfectorale, après avis de la DREAL.

La population, souvent représentée par des associations responsables, doit être associée à la maîtrise de ces risques. La transparence en ce domaine est la condition de l’acceptation des risques industriels, inhérents à l’activité humaine.

 Jean Daniel Braun / novembre 2014

300 personnes à la réunion publique de l’ADIR sur le projet de géothermie profonde au port aux pétroles

300 personnes à la réunion publique de l’ADIR sur le projet de géothermie profonde au port aux pétroles

Géothermie profonde, réunion publique de l’ADIR

En plein mois de décembre, alors que les agendas sont bien remplis, et que nous avons tous la tête dans les fêtes de fin d’année,  il n’est pas évident de mobiliser le public sur un sujet complexe et délicat comme la géothermie profonde. L’ADIR a pourtant considéré qu’il était de son devoir d’informer les habitants en organisant une réunion publique, d’autant que l’on annonce l’enquête publique pour janvier 2015.

Près de 300 personnes étaient là, le 11 décembre à l’Escale, preuve que le sujet ne laisse pas indifférent, et que l’on se pose beaucoup de questions.

Une réunion à écouter ci-dessous ou à télécharger :

vous pouvez retrouver ci-dessous le podcast de la présentation en différents formats :

Podcast avec les diapos (à lire avec iTunes)

Fichier audio de la présentation (MP3)

Questions et dialogues (MP3)

Pour télécharger directement sur votre ordinateur faites un « clic droit » puis télécharger…

geothermie
Une salle pleine pour s’informer sur les projets de géothermie profonde à Strasbourg © Photo Emmanuel Jacob

Ci-dessous quelques photos de la soirées

 

L’Echo de la Robertsau 255 est disponible

L’Echo de la Robertsau 255 est disponible

Le numéro 255 de l’Echo de la Robertsau est prêt à arriver dans votre boite aux lettres

Nous remercions nos annonceurs qui, par leur confiance renouvelée, assurent la pérennité de l’Echo de la Robertsau et la diffusion de nos informations. L’Echo de la Robertsau encourage ses lecteurs à soutenir le commerce de proximité :les commerçants et artisans de la Robertsau

Dans quelques jours, les distributeurs bénévoles de l’ADIR vont sillonner les rues de la Robertsau pour vous distribuer ce numéro :

Au sommaire : 

  • L’édito du président
  • La réunion publique sur la Géothermie profonde à la Robertsau
  • Le foyer Saint-Louis, Projet de la maison paroissiale, Kaysersguet
  • Risques industriels,
  • L’île des sports,ça bouge !
  • Conseil de Quartier nouvelle formule
  • Pour une véritable concertation
  • Parc Naturel Urbain (PNU) et cadre de vie ?
  • Français ou Pandoures, mêmes combats
  • Mélanie de Pourtalès, connue jusqu’au Brésil
  • L’Orchestre d’Harmonie Caecilia
  • L’agenda

Pour disposer de version numérique de ce numéro (PDF) il suffit de cliquer sur l’image ci dessous, ou de le télécharger via notre page ECHO où vous y trouverez également les anciens numéros.

ECH_Numero-255_Web

De la facilité à prescrire et à recommander, à la difficulté d’appliquer…

De la facilité à prescrire et à recommander, à la difficulté d’appliquer…

Paroles, paroles, paroles (sur un air connu de tous)

Le 15 novembre 2012, les propriétaires de maisons d’habitation situées à proximité du Port aux pétroles ont été invités à une réunion d’information organisée par la Direction Départementale des Territoires (DDT).

Il leur a été expliqué que leurs maisons seraient soumises à des prescriptions et des recommandations, que le PPRT du Port aux pétroles serait un site pilote et qu’ils seraient accompagnés pour mettre leurs maisons en conformité avec le nouveau règlement, et que l’État prendrait en charge le diagnostic des travaux à réaliser, propriété par propriété.

Le PPRT a été approuvé le 28 novembre 2013, et les pro- priétaires n’ont plus eu aucune nouvelle de la DDT jusqu’au mois de juillet 2014 où ils ont été contactés par le service Habitat de la CUS qui leur annonce que la DDT ne les aidera pas, et que la Ville projette de le faire, mais ne sait pas encore comment.

Il semble que cela ne soit pas si simple de trouver les com- pétences et les matériaux de construction répondant aux contraintes générées par le PPRT.

Éric ANDRES 

pprt_velo
Projet de modification de l’itinéraire cyclable Parc de Pourtalès suite à l’approbation du PPRT
SÉISMES À LA ROBERTSAU ?

SÉISMES À LA ROBERTSAU ?

La société FONROCHE, néophyte dans l’exploitation de la géothermie profonde, prévoit la réalisation de forages jusqu’à 4200 mètres de profondeur au coeur du Port aux pétroles de Strasbourg. La récupération de chaleur permettrait de produire de l’électricité et de la chaleur à distribuer en réseau.

Les expériences antérieures, notamment en Allemagne et en Suisse, ont conduit à des catastrophes. Les mesures prises pour essayer de contrôler la sismicité induite n’ont pas empêché des dégâts importants sur le bâti, 270 bâtiments endommagés à St Gall (Suisse), 280 à Landau (Allemangne).

La ville de Kehl, où sont également prévus 3 forages, a portée plainte contre la préfecture de Fribourg pour essayer d’empêcher les forages. La municipalité de Strasbourg, au contraire, a accordé des conventions d’occupation de terrains et favorise de telles expérimentations.

Géothermie profonde à la Robertsau

Qu’est-ce que la géothermie ?

La géothermie peut se définir simplement comme l’exploitation de la chaleur de la Terre. Cette chaleur provient pour l’essentiel de l’énergie libérée lors de la désintégration d’éléments radioactifs contenus dans les formations rocheuses constituant la croûte terrestre et pour une faible part de la dissipation de la chaleur interne du globe terrestre.

La géothermie profonde se distingue de la géothermie type pompe à chaleur, par la profondeur des forages qui atteignent entre 4000 et 5000 mètres.

L’exemple de Soultz-Sous-Forêts

geothermie2
Usine géothermique de Soultz-Sous-Forêts

Depuis plus de 20 ans, des scientifiques et ingénieurs travaillent sur le site de Soutz-sous-Forêts pour faire avancer la connaissance sur la géothermie profonde et essayer de mettre au point les techniques d’exploitation. 4 puits, 50 cm de diamètre en surface, 21 cm au fond, ont été successivement forés avec approfondissements successifs jusqu’à une profondeur de 5000 à 5270 mètres. Les têtes de puits sont regroupées sur une même plate-forme, les fonds de puits sont espacés de 700 mètres afin de laisser l’eau circuler dans le réseau de fractures. Un fluide naturel permet le transport de la chaleur vers la surface : une eau saumâtre, concentration en sel de 100 g/litre, est présente dans les fractures naturelles du granit et circule librement. Malgré cette situation favorable, il a été nécessaire de développer la connectivité entre les puits et les fractures. Pour ce faire, environ 200 000 m3 d’eau + des adjuvants (acides) ont été injectés avant la mise en exploitation. Pour entretenir les performances hydrauliques, il est nécessaire de répéter ponctuellement l’opération. Les acides et autres produits chimiques dissolvent les minéraux présents dans les failles. Cette manœuvre produit une eau chargée de composés indésirables, métaux, radionucléides, sels minéraux.

L’eau circulant dans les échangeurs en surface est donc salée, corrosive et chargée de particules abrasives et radioactives susceptibles de participer à

Principe de géothermie profonde de haute énergie
Principe de géothermie profonde de haute énergie

l’encroûtement des puits par précipitation de sels minéraux. Encroûtement qui peut perturber ou bloquer la fermeture de vannes.

Il faut donc maintenir une forte pression, 25 bars dans les tuyauteries, ce qui rend l’installation dangereuse en cas de fuites.
Cette eau à 150°C environ réchauffe un liquide frigorigène (Isobutane) qui se transforme en vapeur pour faire tourner une turbine couplée à un générateur électrique. A la sortie de la turbine, la chaleur résiduelle peut être utilisée dans un échangeur pour chauffer un réseau de chaleur.

Lors d’un séminaire transrhénan du S3PI en 2012, les principaux impacts environnementaux du projet ont été listés :

  • L’activité sismique induite : Hydrauliquement, le principal phénomène induit est du frottement hydraulique le long des fractures et à l’origine de la sismicité induite. En condition d’exploitation, le test de circulation d’eau mené en 2010 a induit 400 microséïsmes, dont 4 d’une magnitude supérieure à 2, seuil de perception par l’homme. Les travaux menés ont permis de réduire les microséïsmes à 5 en 2011. Mais on note environ 70 plaintes antérieures pour dommages présumés sur des habitations, ayant donné lieu à des expertises de la part des compagnies d’assurance.
    • 10 plaintes liées au séisme du 10/07/2000 de magnitude 2,6
    • 48 plaintes liées au séisme du 11/06/2003 de magnitude 2,9 ressenti jusqu’à Haguenau
  • La pollution de la nappe phréatique par une fuite d’eau chargée des composants indésirables mention- nés précédemment. Ce risque n’est pas présent à Soultz du fait de l’absence de nappe phréatique.
  • La libération dans l’air du radon radioactif contenu dans le fluide géothermal
  • L’accumulation de dépôts radioactifs dans les puits et les canalisations en surface du fait de la circulation du fluide dans une roche contenant des radionucléides. Différentes mesures de radioprotection ont été prises : définition d’une zone surveillée, port obligatoire d’équipements de protection spécifiques pour les salariés intervenant sur les canalisations, suivi dosimétrique personnalisé des salariés, stockage des déchets avant enlèvement par l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs). Le suivi de ces mesures est assuré par l’Autorité de Sûreté Nucléaire.
  • Le bruit émis par la centrale
  • L’utilisation d’isobutane sur le site, imposant son classement en zone ATEX (ATmosphère EXplosive). Risque d’explosion en cas de fuite.
  • La pollution par l’eau géothermale chargée dans les bassins et le ruissellement. Deux bassins de stockage et d’épuration sont réalisés pour les forages et conservés en exploitation.

À l’origine, le projet était piloté par un groupement européen d’intérêt économique, mais depuis 2010, les financements sont uniquement français et allemands, sous l’égide d’une filiale d’Électricité de Strasbourg.

D’autres exemples

  • BÂLE en Suisse

geothermieLes travaux ont été abandonnés après que l’injection d’eau sous pression aît déclenché une série de secousses sismiques. 36 petits séismes en quelques jours, dont 5 ont atteint une magnitude de 2 à 2,7 sur l’échelle de Richter.

Les micro-séismes s’étant poursuivis après l’injection de l’eau pour atteindre une centaine d’événements, dont le plus important a atteint 3,4 en 2006 avec des dégâts sur le bâti.

  • SAINT-GALL en Suisse
gethermie4
Usine géothermique à Saint-Gall (Suisse)

Projet abandonné après forage et installation de l’usine, en raison d’une quantité d’eau trop faible et pour des raisons financières et de sécurité. Perte de 55 millions de francs suisses investis dans le projet.

Le 20 juillet 2013, un séisme de 3,5 sur l’échelle de Richter, plus d’autres répliques. Au total 270 bâtiments endommagés et 77 plaintes déposées en 3 jours.

  • LANDAU en Allemagne

Le 18 août 2009, premier tremblement de terre suivi ultérieurement de 55 autres, alors que le dernier tremblement de terre avait été enregistré à Landau en l’an 800.

Le 13 mars 2014, apparition de fissures de 25 mm de large dans certaines routes aux alentours des forages. Soulèvement de sol de 70 mm en certains endroits, disparaissant après l’arrêt de l’installation. Au total à ce jour 280 bâtiments endommagés. Arrêt des travaux.

La compagnie d’assurance de la société demande aux sinistrés de prouver que les dégâts ont été occasionnés par les forages et l’exploitation. N’ayant pas réalisé d’états des lieux avant sinistre, ils ne sont pas indemnisés à ce jour.

La norme pour la concentration du radon dans l’atmosphère est inférieure à 100 Bq/m3. Dans certains bâtiments sinistrés on peut mesurer 1800 Bq/m3. Sur une large bande autour des forages, en février 2012 par une température de -15°C, une zone de gazon est restée verte ; on a noté une concentration en radon de 1300 Bq/m3.

Le projet à la Robertsau

Usine géothermique à Bâle (Suisse)
Usine géothermique
à Bâle (Suisse)

La société FONROCHE Géothermie a déposé le 8 juillet 2013 une demande d’autorisation d’ouverture de travaux miniers pour quatre forages de gîtes géothermiques dans le périmètre du Permis Exclusif de Recherche de Strasbourg sur le site du Port aux pétroles de Strasbourg.

L’implantation prévue est au milieu du périmètre des cuves de stockage de produits pétroliers et chimiques.

Il s’agit de trouver une eau géothermale en boucle fermée avec la surface susceptible d’assurer un débit de 350 m3/ heure et une température en tête de puits supérieure à 150°C.

Un contrat d’occupation est d’ores et déjà signé entre Fonroche et le Port Autonome de Strasbourg.

La préfecture du Bas-Rhin dans un avis du 27 avril 2014 stipule :

La compatibilité du projet avec les servitudes induites par le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) reste à démontrer »
L’état des lieux permet de démontrer la présence sur le site choisi d’une espèce protégée au niveau européen, le lézard des murailles ainsi que de onze espèces d’oiseaux protégées au niveau national. »

L’INERIS a réalisé une expertise sur le dossier et a formulé de nombreuses remarques sur :

  • La conception des puits, en particulier la nécessité que celle-ci assure la protection des zones perméables (notamment l’aquifère de la plaine d’Alsace) et des couches évaporitiques traversées,
  • la sécurité des opérations de forage, notamment la maîtrise des risques de remontées de gaz (CH4, H2S),
  • La sécurité des opérations d’acidification et la maîtrise du risque de sismicité induite ou déclenchée

L’Autorité Environnementale recommande au pétitionnaire d’apporter les compléments d’information dans le dossier qu’il présentera à l’enquête publique, pour répondre à toutes les remarques du rapport INERIS » et justifier les moyens techniques mis en œuvre.

Le projet du port doit suivre un projet similaire prévu à Eckbolsheim. Ce sont les deux premiers forages que le société FONROCHE envisage. Comme elle n’a aucune expérience en la matière, elle a créé une société Foragelec avec deux entreprises allemandes, celles là même qui ont foré les puits conduisant aux catastrophes décrites précédemment.

« FONROCHE Géothermie, une maîtrise globale de l’ensemble de la chaîne de valeur.»

Usine géothermique à Landau (Allemagne)
Usine géothermique à Landau (Allemagne)

C’est du moins ce que prétend le dossier de presse. Comment, sans aucune expérience, cette société peut-elle avancer un tel propos ?

Il faut noter que toutes les sociétés ayant foré en Allemagne ou en Suisse ont prétendu, elles aussi, parfaitement maîtriser la technique et avoir pris toutes les précautions nécessaires pour éviter tous désagréments !

La demande d’autorisation de travaux présente la liste des phénomènes dangereux susceptibles de survenir sur les installations projetées :

Risque de sismicité induite : FONROCHE considère prendre toutes les précautions pour le prévenir. Cette affirmation est sans fondement lorsque l’on sait que d’après le BRGM (Bureau de Recherche Géologique et Minière) tous les sites de ce type dans le monde ont dû faire face à nombre de micro-séismes pouvant être ressentis par les populations, avec des conséquences parfois néfastes. Le phénomène de sismicité induite, bien que connu, n’est pas encore complètement compris physiquement par les scientifiques.

L’École Polytechnique Fédérale de Zurich a créé un département spécialisé en vue d’étudier ces phénomènes, de mieux les comprendre et les prévoir. Près de 36 modèles mathématiques différents ont été développés pour les caractériser, mais il est difficile, voire impossible, de connaître par avance celui qui convient à un site particulier.

Rédigé par des professionnels du métier, le manuel des meilleures pratiques pour le développement de ressources géothermales précise que la compréhension de la sismicité est compliquée et a occupé des milliers de scientifiques depuis plusieurs décennies. Les mesures prises pour contrôler la sismicité induite n’ont été que rarement couronnées de succès.

L’origine de ces secousses est à rechercher dans les interactions hydromécaniques entre la circulation du fluide, le réseau de fractures et les contraintes locales des roches. L’accommodation entre ces forces conduit aux séismes.

Pollution de la nappe phréatique : elle peut se réaliser par mise en communication des nappes libres de surface et peu profondes. Mais également par fuite dans les forages. D’après FONROCHE: « Les ouvrages souterrains sont conçus pour préserver les aquifères de surface (triple cuvelage et double cimentation). »

Mais d’après le schéma fourni, le triple cuvelage est limité dans sa longueur (sur les 400 premiers mètres), puis un double cuvelage et ensuite plus aucun cuvelage avant le tube terminal qui est souple et mobile. Quel sera l’effet des tremblements de terre sur le cuvelage dans le temps ? Quel est l’effet dans le temps de la saumure corrosive et chargée de particules abrasives et radioactives sur le tube ?

 La réinjection du fluide froid dans le réservoir souterrain peut-elle perturber le milieu ? Peut-il y avoir des phénomènes de dissolution des minéraux ? Personne n’est à même de répondre à ces questions. Aucune installation ne possède assez d’antériorité.

En cas de pollution de la nappe phréatique située à proximité de la surface pour la localisation choisie, pendant des dizaines d’années, voire des centaines, l’eau ne sera plus utilisable pour la consommation. Ce serait la plus grande catastrophe pour les habitants de la vallée du Rhin.

Risques de radioactivité en surface : les radionucléides du réservoir souterrain sont ramenés en surface. Les études menées à Bruchsal (Allemagne) et Soultz sous Forêts (France) ont montré une dominance des isotopes du radium.

Comme le radium ne semble pas supporté par les nucléides parents, il s’établit un état radioactif déséquilibré dans le fluide géothermal. Cette situation semble identique, quelles que soient les roches du réservoir. Le radium peut être transporté dans les équipements de surface et incorporé sous forme de précipitations de sulfate de baryum/strontium.

Les déchets produits par cette installation sont classés nucléaires. Ils doivent être évacués selon les normes fixés par l’Agence de Sécurité nucléaire et stockés comme déchets finaux par les normes prévues pour ce type de déchets.

 La situation au coeur du port aux pétroles : le risque le plus important est celui d’un incendie ou d’une explosion des produits stockés ou utilisés. A Soultz sous Forêts, le fluide frigorifique est de l’isobutane, hautement inflammable et explosif qui a conduit à classer l’installation ATEX (ATmosphère EXplosive). Le dossier FONROCHE est muet sur ce plan. Comment autoriser une installation ATEX à quelques dizaines de mètres de cuves de stockage de produits pétroliers et chimiques, eux-mêmes hautement inflammables et/ou explosifs, et même toxiques ? Ce risque n’est pas inclus dans le PPRT du Port aux pétroles, bien que la convention d’utilisation du terrain ait été signée avant l’entrée en vigueur de ce PPRT.

La production électrique n’est qu’une composante de l’utilisation de la chaleur remontée depuis les profondeurs terrestres. Après avoir été utilisée dans une turbine, la chaleur résiduelle est destinée à chauffer l’eau d’un réseau de chaleur. Il semble que FONROCHE table sur la vente de calories pour le chauffage urbain de l’Esplanade. En hiver, la plus grande partie de cette chaleur résiduelle pourrait ainsi trouver une utilisation rationnelle.

Mais qu’en sera-t-il en été ? Il sera nécessaire de l’évacuer dans l’atmosphère avant le renvoi du fluide en profondeur. La vapeur d’eau émise viendra encore augmenter l’humidité de l’air produite par différentes industries à Strasbourg et à Kehl et influencer négativement le micro- climat local.

Le réservoir profond sera refroidi par le retour d’eau plus froide après passage dans les installations. Il est prévu qu’en 30 ans la chaleur résiduelle ne sera plus exploitable.

Quel sera alors l’effet sur le climat du refroidissement des sols à 4 ou 5000 mètres ?

Comment est assuré le financement ?

Le projet franco-allemand (GEOSTRAS) monté par FONROCHE et les deux entreprises allemandes ayant foré sur les sites mentionnés précédemment, avec les résultats que nous avons vus, a obtenu des subventions européennes pour 17 M€ pour réaliser les deux forages d’Eckbolsheim et du Port aux pétroles.

L’installation du Port aux pétroles devrait produire 2,1 Mwh d’électricité. Celle-ci sera revendue à EDF pour 25 à 28 centimes du Kwh. Mais l’électricité nécessaire au fonctionnement de l’installation, 0,6 Mwh, sera acquise par la société sur le marché de gros pour seulement 5 cts du Kwh.

Si la chaleur résiduelle viendra alimenter un réseau de chaleur à l’Esplanade, le prix de vente des calories aux utilisateurs n’est pas encore connu. La situation pour le site d’Eckbolsheim est similaire.

Les citoyens payent donc une première fois pour l’investissement au travers des subventions et une deuxième fois lors de l’achat des Kw par EDF qui puise dans les fonds de la taxe CSPE (contribution aux charges du service public de l’électricité) qui grève la facture d’électricité de chaque abonné, pour acheter à prix fort l’électricité produite. Les bénéfices sont pour FONROCHE, mais les risques importants déjà cités sont pour les citoyens.

Le modèle économique est pour le moins inhabituel.

Position des municipalités de Kehl et de Strasbourg

Le contraste est saisissant. La Municipalité de Kehl, après de longs débats et l’avis d’un bureau technique spécialisé ainsi que de ses services juridiques, a déposé plainte fin juillet 2014 contre la préfecture de Fribourg qui a autorisé un premier forage d’exploration à Neuried. Le délégué de Goldscheuer au Conseil Municipal, porte-parole de la CDU, a quant à lui créé une association pour contrer la géothermie profonde et ses risques pour les habitants. Celle-ci a trouvé plus de 400 soutiens citoyens en une dizaine de jours.

La Communauté Urbaine de Strasbourg a, au contraire, sans aucun débat, signé la convention d’occupation des terrains nécessaires au projet d’Eckbolsheim, et le Port Autonome, présidé par Madame Trautmann, en a fait de même pour les terrains du Port aux pétroles.

Lors d’une réunion à Kehl entre l’ADIR et les Initiatives citoyennes allemandes, les conseillers municipaux de Kehl présents ont souhaité que, dans le cadre d’un bon voisinage, la municipalité de Strasbourg s’oppose à son tour à la réalisation de tels forages sur son sol.

Ce n’est pas gagné, d’autant qu’un autre projet de forage est soutenu par la CUS ; il est situé au parc d’innovation d’Illkirch.

Monsieur Bigot, ex-président de la CUS, déclarait avant les dernières élections : « La géothermie profonde permettra d’assurer notre autonomie énergétique et de chauffer les bâtiments avec une énergie moins chère et plus rassurante que l’électricité d’origine nucléaire »

L’information de cet édile et de ses collègues semble pour le moins incomplète.

Jean-Daniel Braun

Septembre 2014