Archives de
Mois : décembre 2016

les nouvelles du quartier

les nouvelles du quartier

Destin d’un Robertsauvien

Pour répondre à Francis Bezler auteur de l’article « Destin d’un robertsauvien d’il y a un siècle », il y avait effectivement « Klughertz Charles 27 » sur le monument …  Seule reste la statue du sculpteur Marzolff déplacée dans le cimetière nord. Voir l’article « Une stèle pour se souvenir de la grande guerre » dans le journal « la Hune » du centre social et culturel l’Escale .

BI GEGEN  TIEFENGEOTHERMIE

L’association contre la géothermie profonde dans la vallée du Rhin supérieure a tenue son assemblée générale le 28 octobre dernier à Goldscheuer. Son président, Richard Schüler, a souligné d’entrée que la situation semblait tranquille, trop tranquille, sur la rive droite, mais qu’il n’en était pas de même coté strasbourgeois.

Les études juridiques se poursuivent pour une autorisation éventuelle de forages à Golsdcheuer. Le redémarrage de ceux ayant conduit à Landau à de nombreux dommages est annoncé depuis plusieurs mois, sans concrétisation sur le terrain.

Jean Daniel Braun de l’ADIR, invité à présenter la situation du coté strasbourgeois souligne le démarrage prévu des forages à Illkirch Graffenstaden et à Vendenheim, ancienne raffinerie de Reichstett, au printemps prochain. L’autorisation de forer à Eckbolsheim se heurte à un recours devant le Tribunal Administratif de la part de la commune voisine d’Oberhausbergen, alors qu’une nouvelle enquête publique est en cours pour une autorisation de forage à Hurtigheim.

Les lobbies sont toujours à l’oeuvre, s’appuyant sur le démarrage annoncé des installations de Soultz sous Forêt après 30 ans de recherche et d’errements ainsi que de la station de Rittershofen.

Les risques pour les habitants restent d’actualité, et le dédommagement pour les dégâts occasionnés, comme à Landau par exemple, ne trouve toujours pas de solution. La BI va demander officiellement la création d’une instance bi nationale, où les habitants pourront introduire une réclamation en cas de sinistre.

En conclusion, les responsables de la BI soulignent qu’il est toujours indispensable d’informer et de montrer clairement qu’elle est toujours prête à agir. La coopération avec l’ADIR doit se poursuivre, voir s’intensifier.

Lire la suite Lire la suite

Au 14 route de la Wantzenau …une cité U si proche, une cité U… si loin

Au 14 route de la Wantzenau …une cité U si proche, une cité U… si loin

Un peu en marge de notre quartier, au début de la route de la Wantzenau, s’érige la Cité Universitaire de la Robertsau. Construite en 1966 sur l’emplacement d’une ancienne fabrique de bougies, celle-ci peut accueillir près de 920 étudiant(e)s. S’y  est rajouté en 1994 une résidence estudiantine rue Schott, les Agapanthes, qui peut loger environ 230 étudiant(e)s dans ses studios.

citeu

En tout donc, près de 1 200 étudiants venus de Chine, de Haïti, du Congo, du Maroc, de Biélorussie, de Normandie, de Montpellier, comme de Mulhouse, Colmar ou Betchdorf, s’adonnant à des études très diverses (médecine, histoire, archéologie, biologie, économie…), résident dans notre quartier. Ces étudiants auront-ils la possibilité, la curiosité, l’envie, le loisir de découvrir, au cours de leur séjour, quelques aspects de notre quartier ?

 L’ADIR a mené son enquête.

Selon son administrateur, la Cité U de la Robertsau étant située à l’écart de l’ensemble des facultés de Strasbourg, celle-ci est souvent pour les étudiants l’ultime recours pour trouver une chambre.

Mais heureuse surprise, pour la majorité des étudiants interrogés, cette Cité semble leur convenir ;  ils l’estiment pour son cadre verdoyant, les agréables berges de l’ILL, ainsi que pour son calme, ce qui est une aubaine pour leurs études. Même si, à leur arrivée au mois de septembre, ceux-ci ont été confrontés à la présence irritante d’un trublion, le fameux ‘’Cimex Lectularius’’ appelé communément punaise, tant redouté des chambres de collectivité, et qui a refait surface en force dans leurs chambres !

Pour se déplacer, la plupart des étudiants sont des inconditionnels des transports en commun. La ligne 30 connait évidemment un fort succès (l’arrêt se trouve en face la Cité), mais la ligne 6 et le tram E sont aussi d’appréciables recours, surtout pour des rentrées plus tardives. Certains étudiants souhaiteraient que la fréquence des bus soit plus importante le dimanche, et d’autres que les « Hibus » de nuit circulent toute la semaine. Une minorité seulement de courageux se déplace à vélo et le Velhop s’y fait donc rare. Sans doute l’éloignement des facultés ne plaide pas en faveur de la petite reine…

Mais c’est à pied qu’ils ont découvert et apprécié la présence, en proximité de leur Cité, de magasins d’alimentation, du bureau de Poste de la Robertsau, d’une laverie automatique, de distri- banques. Quelques-uns d’entre ont même pu découvrir l’existence de la médiathèque.

Lire la suite Lire la suite

QUARTIER WACKEN EUROPE AUX PORTES DE LA ROBERTSAU : OÙ EN SOMMES-NOUS ?

QUARTIER WACKEN EUROPE AUX PORTES DE LA ROBERTSAU : OÙ EN SOMMES-NOUS ?

 

Tout ce quartier qui va du Parlement Européen au Lycée Kléber, que nous connaissons tous pour y passer chaque jour comporte 5 volets: le QAE (quartier d’affaires européen), l’extension du PMC (Palais la Musique et des Congrès), le futur PEX (Parc des expositions), le barreau routier A350, la chaufferie Éco Wacken.
wacken

Faisons le point:

1/       Le QAE: les travaux des lots 1 et 2 du chantier ont commencé, on le voit en traversant le boulevard de Dresde . 100 000m2 de constructions nouvelles sont prévues à terme sur l’ensemble des lots, et grâce aux interventions des associations de quartier, il a été admis qu’au moins 20% seront dédiés à de l’habitat. La mixité, c’est important. Les lots 3 et 4 (Nexity et Bouygues Immobilier) se feront dans la foulée.

La question : quid des commerces? On ne peut les forcer à venir et il est à craindre que la forte densité d’immeubles de bureaux (jusqu’à 11 étages) soit un frein.

2/       l’extension du PMC: très bel édifice dont on peut déjà profiter. Les péristyles sont d’un bel effet. Félicitons les cabinets d’architecture Rey-Lucquet et Dietrich Untertrifaller, la tâche n’était pas aisée. Strasbourg a besoin d’un PMC digne de ce nom, c’est chose faite.

Lire la suite Lire la suite