Archives de
Catégorie : Circulation

« Zone 30 à la Robertsau… et si le conseil de quartier réfléchissait à d’autres solutions ?

« Zone 30 à la Robertsau… et si le conseil de quartier réfléchissait à d’autres solutions ?

Commençons par un petit historique sur le projet de zone 30 à Strasbourg.

zone30

C’est en 2011 qu’est lancée, par un courrier muni d’un coupon-réponse, une consultation sur une circulation automobile limitée à 30 km/h dans la majorité des zones résidentielles de la ville. L’on se rappelle le résultat : près de 55% des Strasbourgeois répondent négativement.

Lire la suite Lire la suite

Tram E : lancement de l’enquête publique le 13 juin 2016 !

Tram E : lancement de l’enquête publique le 13 juin 2016 !

L’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique des acquisitions et travaux nécessaires à la réalisation du projet de prolongement Nord de la ligne E du tramway à Strasbourg, aura lieu du lundi 13 juin 2016 au mercredi 13 juillet 2016 inclus.

tramE

Vous pouvez consulter les documents et laissez vos commentaires à la Mairie de Strasbourg ainsi qu’à la Mairie de quartier de la Robertsau.

Vous pouvez également envoyer vos remarques par courrier au président de la commission d’enquête, à la mairie de Strasbourg, 1, parc de l’Etoile 67076 Strasbourg CEDEX ou par mail projettramrobertsau@strasbourg.eu.

Lire la suite Lire la suite

L’essoreuse à salades

L’essoreuse à salades

Ou l’acquisition géophysique dans notre quartier de la Robertsau…..

P1020236
Photo EJ

Je les attendais, ces jolis câbles oranges, dont on parlait tant dans le journal. Il ne pouvait pas y avoir de souci, puisque dans la plaquette intitulée « acquisition géophysique » et signée Fonroche, il est clairement écrit que « le ressenti de vibrations pour les personnes à proximité est équivalent à quelques secondes d’essorage d’une machine à laver ».

Lire la suite Lire la suite

Ecole Européenne, trafic en berne.

Ecole Européenne, trafic en berne.

Le chantier de l’école européenne de Strasbourg va bientôt toucher à sa fin. L’ouverture est prévue pour la rentrée de septembre 2015.

P1020079
Le chantier de l’école Européenne – Photo EJ

Cette école, qui intègre trois établissements (primaire, collège et lycée), est destinée en priorité aux enfants des fonctionnaires européens (Union ou Conseil de l’Europe) ou des diplomates présents à Strasbourg. L’école européenne n’est pas une école de quartier et ne dépend pas de la carte scolaire. Virtuellement, tous les Strasbourgeois souhaitant inscrire leurs enfants à l’école européenne pourraient le faire, dans les faits, les places sont peu nombreuses et la liste d’attente longue.

Lire la suite Lire la suite

Piège à deux roues à la Robertsau

Piège à deux roues à la Robertsau

Jeudi après-midi 9 avril, belle journée de printemps. J’effectue une balade à vélo dans la forêt de Pourtales.

piegeevelo
Photo Emmanuel Jacob

De retour vers 18h30 au soleil déclinant venant de la rue Kempf et pénétrant dans la rue Melanie je me place sur la gauche de la file de voitures bloquées par le bus à l’arrêt ; je voulais tourner à gauche rue David Richard.

La rue de mon vélo touche la bande de béton qui semble-t-il a été mise là pour empêcher les voitures de doubler le bus à l’arrêt. Je chute : fracture du coude, luxation et plaies divers….

Le sympathique facteur de notre quartier Matthieu Bejean a lui aussi été victime d’une chute au même endroit heureusement sans casse. Depuis que je me promène avec mon plâtre des robertsauviens me signalent d’autres chutes…à cet endroit.

Voulant sans doute bien faire, un élu ou un fonctionnaire, a mis en place un véritable piège pour les deux roues. Evidemment sans concertation avec les associations de quartier ni avec les riverains…et cela a été installé sans que les habitants soient prévenus. Pour ajouter à la confusion, la bande de béton est de la même couleur que la bande blanche installée précédemment .…

Parfois les bonnes intentions peuvent se révéler criminelles.

Ce système de séparation en béton a toujours crée plus de dégâts que d’avantages. De plus pour m’être rendu sur place pour bien comprendre comment fonctionnait ce piège à deux roues, j’ai pu constater qu’il n’empêche pas les voitures de le franchir : les nombreuses marques de pneus sur la bande de béton en témoignent.

Il me parait donc urgent de procéder à sa démolition…

Pascal Diss
pdiss@locaconseil.fr

GRAND CONTOURNEMENT OUEST ET LA ROBERTSAU

GRAND CONTOURNEMENT OUEST ET LA ROBERTSAU

Comme son nom l’indique, ce projet routier est prévu à l’ouest de l’agglomération et ne devrait donc pas impacter notre quartier. Mais la circulation automobile répond à un fonctionnement en réseau, et à un battement de papillon à l’Ouest peut répondre un embouteillage à l’Est.

Le projet de construction d’une autoroute de contournement payante, permettant une circulation Nord-Sud et inverse, avec un seul accès au centre ville par la rocade de Hautepierre, a été relancé récemment par un rapport d’expertise sur les déplacements dans la périphérie de l’agglomération strasbourgeoise. Celui ci mérite une analyse détaillée, car il risque de ne pas y survivre.

plan_gcoD’après les chiffres « organisation des flux de marchandises » le trafic en transit entre l’A35 nord et l’A35 sud est de 2200 PL/jour, alors que celui entre l’A4 et l’A35 sud est de 2100 PL/jour. Ce sont donc 4300 PL/jour ( les deux sens sont additionnés) qui seraient éventuellement concernés par le GCO. Le rapport fait état de 5200 PL/jour en transit sur l’A35 au droit de Strasbourg, L’arithmétique de Polytechnique doit donc obéir à d’autres règles que celle enseignée à l’école primaire.

Depuis qu’une partie du trafic allemand a traversé la frontière pour fuir la LKW Maut, on estime entre 1400 et 2000 PL/jour ce trafic en transit sur l’A35. La mise à 2×3 voies de l’A5 et l’introduction de l’écotaxe en France permettraient de supprimer ce trafic de nos autoroutes. Il faut donc le déduire des 4300 PL/jour. En réalité il reste maximum 2900 PL/jour, valeur actuelle, qui pourraient utiliser le GCO. Quelle fraction de ce trafic sera prête à payer le coût du GCO lorsque l’on sait que le coût de la LKW Maut qui s’échelonne entre 0,009 et 0,14 e/km, selon le type de PL, a eu pour résultat l’allongement du temps de parcours, en traversant la frontière, pour y échapper.

La longueur du GCO étant de 15 km, le prix du péage + l’écotaxe sur une partie du trajet en amont ou aval,sera certainement supérieur à l’incidence de la taxe allemande, et retiendra plus d’un conducteur de PL de s’y aventurer. Soyons optimistes et accordons 50% du trafic au GCO, soit environ 1500 PL/jour, valeur actuelle. Les chiffres sont stables depuis quelques années.

Il faut se demander comment le bilan global, transport de marchandises, du rapport d’expertise, indique au moins 6500 PL/jour transférables sur le GCO. Il est pour le moins étonnant de prétendre que le trafic lié au port autonome est transférable sur le GCO. Par quel itinéraire ?

Plus difficile est l’estimation du potentiel des VL pour lesquels la circulation payante sur le GCO sera choisie, de préférence à l’A35. Un calcul optimiste permet de l’estimer à 5000 voitures/jour, l’immense majorité du trafic actuel correspondant à des trajets de, vers ou internes à Strasbourg.

Ces chiffres de trafic ne permettent pas la rentabilité de la nouvelle autoroute. Aussi les ingénieurs ont-ils imaginé de transformer l’autoroute actuelle (A35) en boulevard urbain dans sa traversée de Strasbourg. L’exemple du boulevard urbain est celui de la route du Rhin avec ses nombreux carrefours à feux. La circulation de 40.000 véhicules/jour s’y écoule pour le moins difficilement.

Alors comment faire pour écouler les 150.000 à 180.000 véhicules/jour que prévoit le rapport pour l’actuelle A35, transformée en boulevard urbain après construction du GCO ? Sa congestion permanente devrait conduire à un délestage vers le GCO payant, (bingo c’est gagné) et au choix d’itinéraires malins.

La traversée de la Robertsau sera alors attirante, et un flux difficile à estimer, mais certainement important de conducteurs venant des agglomérations du nord, choisira plutôt les embouteillages de notre quartier que la congestion permanente du boulevard urbain.

Il faut noter que l’accord de fusion de la liste de Roland Ries et de la liste Vert Strasbourg, conduite par Alain Jund, signé entre les deux tours de la dernière élection municipale, stipule :

Il est à noter qu’aucun financement de la Ville de Strasbourg et de la Communauté Urbaine de Strasbourg ne contribuera, directement ou indirectement, à la réalisation du projet de contournement routier à l’ouest de Strasbourg couplé au réaménagement de l’A35 ni au projet de Rocade Sud.

Je ne comprends vraisemblablement rien à la politique. Et vous ? Faites-nous part de vos avis.

Jean Daniel Braun 

Extension de la ligne E du tram

Extension de la ligne E du tram

Un grand nombre d’habitants, responsables associatifs et élus du quartier ont assisté le 4 avril 2013 à la réunion publique de concertation sur l’extension de la ligne E du tram à la Robertsau, réunion présidé par Roland Ries Maire de Strasbourg.

DSC_0080

Les habitants étaient appelés à exprimer leur choix entre les deux scénarii proposés :

Les problèmes évoqués : les expropriations nécessaires, le coût de l’extension, la problématique de la circulation et du stationnement.

Se sont exprimés pour la variante « terminus Renaissance » ou pour une extension encore plus au Nord (Sainte Anne, Fuchs am Buckel), outre l’ADIR et ASTUS (voir articles) :

  • M. Yves Le Tallec, conseiller général de la Robertsau
  • Mme Anne Schumann, conseillère municipale d’opposition
  • M. André Ehret, en tant que coordinateur du Conseil de quartier de la Robertsau

Position de l’ADIR :

L’ADIR considère que le développement du transport collectif est une des priorités de l’aménagement du territoire. Notre association milite depuis des années pour que les collectivités locales investissent le maximum de moyens afin de mettre à la disposition des habitants des transports en commun efficaces et compétitifs.

Lire la suite Lire la suite

Projet d’extension du tram E : le point de vue de l’ADIR

Projet d’extension du tram E : le point de vue de l’ADIR

L’ADIR considère que le développement du transport collectif est une des priorités de l’aménagement du territoire. Notre association milite pour que les collectivités locales investissent le maximum de moyens afin de mettre à la disposition des habitants des transports en commun efficaces et compétitifs.

  • Extension de la ligne E

Dans le cadre de l’atelier de projet ainsi que lors de la concertation concernant le schéma directeur des transports en commun 2010/2025, l’ADIR s’est prononcé pour l’extension de la ligne du tram E jusqu’au  Fuchs am Buckel..

Lors de la concertation, concernant le Plan de Déplacement Urbain, notre association en tant que personne publique  associée a réitéré cette demande.

  • Liaison avec le réseau bus/tram

L’ADIR se prononce  pour la liaison directe, sans rupture de charge, vers la gare et à terme pour une liaison tram vers la station Observatoire.

Elle donne un avis défavorable à toute création de liaisons bus qui pourrait  préfigurer l’ouverture de voies routières.

  • Restructuration du réseau bus

Lors de la restructuration du réseau bus, l’ADIR   demande la création d’une navette circulaire intra-quartier à double sens.

  • Parkings voitures

Il est souhaitable de réaliser un parking relais en fin de ligne et d’aménager des parkings de proximité près des  futures stations.

  • Création d’une piste cyclable et d’un parcours  piéton.

L’espace réservé au POS pour l’extension de la ligne E permet  en parallèle  la réalisation d’une piste cyclable Nord Sud ainsi qu’un parcours piéton.

La piste cyclable serait en jonction avec celle de la rue de la Renaissance et pourrait constituer un tracé de Saine Anne au pont de la Rose Blanche, à l’entrée de la Robertsau.

 

Accès à l’Ecole Européenne

Accès à l’Ecole Européenne

La municipalité persiste vouloir maintenir un accès rue Silberath pour justifier son mauvais choix initial

Déclaration des Les représentants des riverains, des associations ADIR et ASSER et du COQ lors de la réunion publique du 24 octobre 2012.

La proposition initiale de la ville d’effectuer l’ensemble des Entrées et Sorties de l’école, un établissement de 1200 élèves et 120 personnels, par la rue Silberrath s’est avérée totalement irrationnelle vu la configuration de la rue et du micro quartier et aussi vu le déjà très lourd trafic route de la Wantzenau qui va encore être alourdi au Nord par les constructions, en cours ou prévues, au sud par les opérations européennes et le quartier Wacken-Europe.

Les travaux de la commission, Services de la ville et de la CU de Strasbourg, représentants des riverains, directeur de l’école, des enseignants et parents d’élèves de l’école, des associations ADIR et ASSER et coordinateur du Conseil de Quartier (COQ), mise en place en mai 2012 par l’adjointe de quartier Nicole Dreyer, suite aux protestations des riverains, ont heureusement changé la vision pour ces accès, même si la position actuelle des Services reste encore trop impactée par le projet original.

Cette évolution est due à l’esprit de dialogue de tous et surtout aux propositions constructives des riverains, associations et COQ qui ont su étudier et élaborer des solutions alternatives crédibles et performantes ; ainsi qu’aux Services qui ont apporté leur expertise et leur travail pour examiner ces propositions.

Au stade d’aujourd’hui, deux solutions, proches par certains points, mais divergeant totalement sur la pertinence ou non d’une entrée par la rue Silberrath, sont en présence :

Solution A (Services de la CUS) :

Une entrée route de la Wantzenau, après la maison des Oblats, pour les personnes venant du sud et de l’ouest (autoroute A 350) et une entrée rue Silberrath, avec création d’un feu tricolore au croisement avec la route de la Wantzenau, pour les personnes venant du nord et de l’est. Une sor- tie sur la rue Boecklin par la rue Grotius.

Cette solution nous la désapprouvons totalement car elle apporterait nuisances et pollutions dans le micro quartier mais aussi à l’école (circulation devant le parvis) et perturbations importantes de la circulation déjà à la limite de la saturation route de la Wantzenau.

Solution B (les sous-signés) :

Une entrée route de la Wantzenau, après la maison des Oblats, pour les personnes venant du sud et de l’ouest (autoroute A 350) et une entrée rue Boecklin pour les personnes venant du nord et de l’est avec impossibilité d’accéder à cette entrée pour les personnes venant du sud ou de l’ouest. Une sortie sur la rue Boecklin par la rue Grotius. Cette solution démontre que prévoir une entrée rue Siberrath est tout à fait inutile et serait donc arbitraire. C’est de plus la seule qui préserve à la fois les intérêts de l’école, des riverains et de l’ensemble des habitants de la Robertsau.

 

Les représentants des riverains, des associations ADIR et ASSER et du COQ 


Cyclistes : si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer

Cyclistes : si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer

Alors que les premières amendes minorées sont tombées hier matin, Gérald Brothier, vice-président de l’ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau), plaide pour une sanction financière encore allégée pour les cyclistes en infraction.

© Photo Flickr

« Cyclistes : si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer ! Car, comme le piéton, vous préservez la planète,… alors pourquoi vous verbaliser si durement ?

Que n’entend-on pas sur les cyclistes ? Ils sont dangereux, ne respectent pas les feux rouges, sont mortels pour les automobilistes qui ne les voient pas notamment la nuit, etc.

Six conditions

Quelques vérités doivent être rappelées : la mise en place dans de nombreuses villes, notamment en France, du Vélo en libre service (VSL) est une heureuse initiative et une bonne amorce pour généraliser la pratique du vélo à six conditions :

1. Un réseau dense de pistes cyclables sécurisées en ville mais aussi au sortir des agglomérations et totalement séparées des chaussées pour voitures et piétons.

2. Un maillage géographique suffisant de revendeurs et réparateurs de vélos agréés.

3. Le gravage obligatoire des vélos à la vente ou la mise en place de puces électroniques pour les retrouver facilement.

4. L’obligation de ne vendre que des vélos munis d’éclairage avant et arrière ainsi que d’un écarteur de couleur rouge afin que les automobilistes respectent la distance de 1,5 mètre en les doublant.

5. Des parkings à vélos plus nombreux et mieux distribués géographiquement.

6. La réduction fiscale des kilomètres parcourus comme pour les automobilistes… qui peuvent déduire, eux, les km entre domicile et lieu de travail…

« Oui à la sanction financière proportionnée de 10 € pour les cyclistes »

Même si on a progressé récemment avec deux adaptations, et ce particulièrement à Strasbourg, pionnier avec le contresens cycliste et le tourne-à-droite au feu rouge – il a fallu pas mal d’années pour en arriver là, tout en se rendant enfin compte que ces nouveaux dispositifs ne causent pas d’accidents. Il reste encore à les généraliser !

Quand je lis “La Ville de Strasbourg et ses partenaires du Contrat intercommunal de prévention et de sécurité de la CUS lancent une campagne de sensibilisation afin de promouvoir un partage respectueux de l’espace public et sensibiliser les cyclistes au respect du code de la route”, mon sang ne fait qu’un tour.

Des PV pour les cyclistes minorés de 90 € à….45,60 €. De qui se moque-t-on ? Oui à la sanction financière proportionnée de 10 € pour les cyclistes.

Je pense que le code de la route doit s’appliquer avec la même sévérité pour les automobilistes (qui ne respectent pas suffisamment ni les cyclistes ni les piétons).

On peut en effet se poser la question : un piéton qui grille un feu, c’est 4 €; un cycliste, c’est 45,60 € (prix d’un vélo d’occasion) ; une auto 90 €; un camion 90 €. Pourtant, en cas d’accident, les conséquences ne sont pas les mêmes.

Lire la suite Lire la suite

Stationnement

Stationnement

De nouveaux commerces et services se sont installés rue Boecklin, une superette va ouvrir prochainement face à la poste. Le stationnement des voitures qui est déjà un problème récurant y deviendra impossible. Il existe plusieurs solutions :

– Ouvrir une partie du parking relais àl’entrée de la Robertsau en parking public, demande déjà faite par l’ADIR depuis plus d’une année et restée sans réponse.

– Créer un zone bleue qui empêcherait les voi- tures ventouses, solution déjà évoquée par le conseil de quartier, sans suite.