Archives de
Catégorie : Commerce

Réouverture du Bon Pasteur :

Réouverture du Bon Pasteur :

Les gérants du restaurant Au Bon Pasteur ont tenté de vendre leur pas de porte. L’opération n’a pas abouti, et ils ont donc réouvert leur établissement depuis plusieurs semaines.

aubonpasteur

C’est un mal pour un bien, le restaurant Au bon Pasteur au début de la Rue Boecklin vient de réouvrir avec leurs anciens gérants. Retour à la case départ, mais vous pouvez retrouver les spécialités du Bon Pasteur les midis du lundi au samedi. Une bonne nouvelle pour les gastronomes de la Robertsau.

Fête du papier des 4 et 5 juin, du coup d’essai au coup de Maître.

Fête du papier des 4 et 5 juin, du coup d’essai au coup de Maître.

A l’initiative de cet événement, Kartier Nord, jeune association dont l’objet est de promouvoir l’activité culturelle et artistique de la Robertsau

papierfete2016

Les forces vives du quartier se sont engagées et mobilisées pour que les Robertsauviens participent en foule aux visites, conférences et ateliers.

Ce qui ne semble être qu’une recette facile à réaliser a cependant nécessité acharnement et bonne intel- ligence. Quant à la la part de magie et d’utopie elle n’a pas non plus été négligeable. C’est le Lieu d’Europe qui a lancé l’événement avec les Robertsau Buskers et, ensuite, a confirmé son implication en ouvrant ses locaux à l’initiation à l’origami ou à une conférence brillante de Pierre Marc de Biasi sur l’histoire du papier.

Associée dès le départ, la papeterie Lana s’est lancée à fond avec toute son équipe, depuis les ouvriers jusqu’à son patron, Lasse Brink, en fournis- sant tout le papier nécessaire à la manifestation et en faisant participer les visiteurs à l’histoire et à la vie de l’entreprise.

Lire la suite Lire la suite

Restaurant La Vignette à la Robertsau : éléments d’histoire

Restaurant La Vignette à la Robertsau : éléments d’histoire

Michel Beiger, son créateur et ancien propriétaire nous a fait parvenir ce texte pour contribuer à enrichir l’histoire de ce sympathique restaurant de notre quartier.

vignette1

Lorsqu’en 1982 je décidai d’acheter le « petit fonds » de La Vignette, c’était un bistrot de quartier qui servait uniquement boissons, bière, vins en pichet à une clientèle d’habitués. J’avais eu le coup de foudre pour ce lieu, je pressentais qu’il y avait là de quoi faire une table de charme dans ce faubourg maraîcher. Les atouts étaient nombreux. A l’arrière de cette petite maison de type alsacien, une ancienne menuiserie désaffectée et presqu’en ruine mais qui laissait espérer qu’on pouvait s’agrandir de ce côté.
Inconvénients majeurs : pas de cuisine professionnelle, ni de tout- à-l’égout et les toilettes sans chauffage dans la cour. Mais le challenge valait la peine d’être relevé, ce que je s avec l’aide d’un associé, ancien GO du Club Med. La petite cuisine fut aménagée en cuisine de restaurant fonctionnelle, la salle fut repeinte, les murs et le plafond en bordeaux, les boiseries en vert.On fit installer un dessus de bar en bois pour ranger les verres et dissimuler l’éclairage zénithal. Je décorai la salle de reproductions photographiques de cartes postales anciennes de Strasbourg qui provenaient de ma collection personnelle.

L’inauguration eut lieu en novembre 1983 .Les débuts furent difficiles. Mon associé quitta le navire dès le mois de mars 1984. Mais à force de persévérance et de pugnacité la situation s’améliora petit à petit.

Le restaurant se fit progressivement une clientèle de tous les envi- rons de Strasbourg. J’organisais des soirées jazz et Beaujolais nouveau avec orchestre, qui contribuèrent à me faire connaître. Je restais cependant toujours sous-locataire de la Brasserie, elle-même locataire principale des Tretsch, Robertsauviens à qui appartenait l‘ensemble.

Lire la suite Lire la suite

Commerces : La Robertsau paradis de la bonne chère

Commerces : La Robertsau paradis de la bonne chère

Longtemps la Robertsau fut considérée par ses habitants eux-mêmes comme le quartier de Strasbourg où il faisait bon vivre mais où l’offre commerciale, jugée insufisante, obligeait de « se rendre en ville » pour y effectuer ses achats.

poissonnerieDes supermarchés étaient à l’œuvre pour remplir cabas, couns et paniers mais il manquait parfois le mets rare ou la petite gourmandise. Et puis en octobre 1993 fut inauguré par Mme Catherine Trautmann ce que d’aucuns appelaient le « petit » marché de la Robertsau. Beaucoup restaient sceptiques et pensaient que l’expérience ferait long feu. Or ce marché non seulement trouva sa clientèle, il suffit de voir aujourd’hui les les d’attente devant les différents stands, mais il contribua à encourager nombre d’habitants du quartier à trouver ici même de quoi les satisfaire.

L’on connaît le vieil adage « la foule attire la foule » et il se vérifia une fois de plus lorsque des commerçants attentifs à cette évolution décidèrent d’ouvrir boucherie, poissonnerie ou librairie.

Lire la suite Lire la suite

Stationnement

Stationnement

De nouveaux commerces et services se sont installés rue Boecklin, une superette va ouvrir prochainement face à la poste. Le stationnement des voitures qui est déjà un problème récurant y deviendra impossible. Il existe plusieurs solutions :

– Ouvrir une partie du parking relais àl’entrée de la Robertsau en parking public, demande déjà faite par l’ADIR depuis plus d’une année et restée sans réponse.

– Créer un zone bleue qui empêcherait les voi- tures ventouses, solution déjà évoquée par le conseil de quartier, sans suite.