Le maraîcher qui aimait la terre

Le maraîcher qui aimait la terre

Charles aimait la terre. La terre de la Robertsau, la terre des maraîchers qui a nourri tant de générations, tant d’âmes en quête d’essentiel et d’authenticité. Une terre sur laquelle la cueillette est libre et le légume roi. Une terre dont il a été l’artisan, qu’il a travaillé de ses mains, plongeant dans le cambouis de la création pour nous proposer, en partage, le fruit de son labeur.

CIMG8230

Charles aimait la terre des hommes. Il a porté sur le monde un regard d’enfant. Mais avec sa naïveté et sa fantaisie il a su nous rendre attentif au fil qui relie le plus insignifiant des événements à la bonne marche de l’horloge du cosmos. Simplement, il a su faire résonner en chacun de nous l’importance du lien qui nous rattache à la nature : « On ne commande la nature qu’en lui obéissant », disait-il. Son optimisme sans faille savait ouvrir bien des portes, sa foi indéfectible donnait à chacun l’envie d’y croire, l’envie de croire.

Enfin, Charles aimait la terre des femmes. Non pas avec l’avidité d’un Casanova. Charles aimait les femmes parce que « le meilleur terreau du monde se trouve dans le cœur d’une femme », comme il le dit dans un des ses poèmes qu’il allait distribuer à quelques privilégiées du quartier. Charles, un sacré messager, un vrai facteur de bons sentiments.

Bernard Irrmann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.