La création de notre projet Agro-Quartier est en bonne voie ?

La création de notre projet Agro-Quartier est en bonne voie ?

C’est un vrai plaisir de voir que ce projet d’AGRO-QUARTIER, initié par notre Association ADIR, soit sur de bons rails en référence à notre 1er article sur ce sujet (voir p. 7 et 9 de l’Echo de la Robertsau n° 241)

Rappel de ce qu’est un « Agro-Quartier »

Concept innovant dont l’ADIR est le promoteur sur Strasbourg. Strasbourg serait ainsi la 1ère ville en Europe à créer un Agro-Quartier.

Définition synthétique : un éco-quartier + (éco-quartier = lien social MAIS économie énergie surtout version « Strasbourg ») donc c’est à la fois :

  • + d’excédent éco-énergie
  • + de lien social
  • + d’excédent alimentaire

Il est pris en compte un esprit coopératif et de partage de ces excédents au profit des membres de ce futur Agro- Quartier.

Capture d’écran 2013-06-11 à 17.28.10

 Pourquoi un Agro-Quartier à la Robertsau?

  • Préserver un site déjà exploité en agriculture, à l’heure du re-développement de l’« agriculture urbaine ».
  • Maintenir une activité historique de la Robertsau en liaison avec des exploitations subsistant sur le quartier.
  • Créer un réseau d’approvisionnement de proximité.
  • Limiter l’empreinte énergétique (bâtiments à consommation énergétique limitée, voire à énergie positive, limitation de la durée du transport).

 Elaboration du projet Agro-Quartier Robertsau « Mélanie/Pourtalès »

« La ville de Strasbourg envisage la création d’un nouvel ensemble urbain au nord-est du quartier. Ce projet, appelé pour l’instant « Mélanie/Pourtalès »

Avant de lancer les procédures auprès des aménageurs et promoteurs la municipalité a souhaité confier au Conseil de quartier une réflexion préalable, celle-ci devant déboucher sur l’édition d’un « cahier des attentes » dont les propositions seront intégrées au cahier des charges du projet.

Le Conseil de Quartier a accepté cette mission. Il a été décidé par le Conseil de Quartier que cette réflexion serait confiée à un atelier spécifique ouvert aux membres du COQ et aux membres de la commission Urbanisme et Patrimoine du COQ. Le Conseil de Quartier soucieux d’agir avec le plus d’efficacité possible a souhaité recevoir l’assistance d’un cabinet spécialisé. Après l’étude de plusieurs candidatures le Conseil de Quartier a choisi le cabinet « Repérage Urbain » représenté par Monsieur Eric Hamelin (activité de cabinet de conseil en Urbanisme/Sociologie) …, lui-même originaire de la Robertsau et très attaché au devenir de Strasbourg et de la Robertsau en particulier… Les travaux et réunions de cet atelier sur le terrain se déroulent depuis décembre 2012 afin d’élaborer un dossier complet pour la fin du 1er semestre 2013. RAPPEL Historique : ce projet d’Agro-quartier trouve naturellement sa place à la Robertsau en raison du caractère historique de la tradition agricole et maraichère du quartier encore en activité…

Liste d’idées et réflexions évoquées lors des séances sous forme de boîte à idées :

Définition synthétique d’un «agro-quartier»

  • Excédent alimentaire, peu faisable, sauf au plan légumes frais
  • Excédent énergétique, faisable, par l’aménagement des bâtiments
  • Lien social, faisable avec ceux qui choisiront l’«Agro-Quartier»,

Paysages / environnements / cheminements

  • Corridors écologiques à penser
  • Préserver les jardins familiaux existants (si possible ?)
  • Liens avec les autres entités agricoles de la Robertsau, au travers des cheminements
  • Un quartier «ouvert aux autres», à la promenade Diversité des usages agricoles possibles : maraîchage, petit élevage, céréales… (mais dans ce cas à vertu pédagogique?)
  • Si clôture nécessaire à maraîcher : veiller à leur qualité esthétique / caractère «rural» (haies ? bois ? )
  • Vergers ? (aussi possible au dessus d’autres usages, et en bordure de voies)
  • « prairie », fauchage, horticulture ou autres types d’aménagements agricoles pas forcément alimentaires
  • Moutons ou autre élevage de «tondeurs d’herbe» ?

Architecture :

  • Bâti « compact »= plus de terres naturelles et agricoles préservées
  • Prendre en compte la coloration, les revêtements, matériaux / esprit «rural»
  • Possibilités de toits végétalisés / toits terrasses
  • Balconnières intégrées ?
  • Une terrasse pour chaque logement ?
  • Espaces collectifs pour différents usages (voir notamment ci-après) 

« Lien à la terre du quartier » :

  • Micro-parcelles individuelles / au moins une pour chaque logement ?
  • Potagers collectifs, types PCU ?
  • Exploitants professionnels ? Eventuellement Bio + social ? Voir ce qu’il en est des exploitants actuels
  • Liens avec exploitants voisins ou proches (Ferme Andrès, future parcelle bio au Nord de Pourtalès ?) Lieu de commercialisation ?
  • Dans le bâti, locaux dédiés.

Vente + / ou « Points de dépôt » AMAP

  • Consommation sur place (petite restauration ?)
  • Étude suisse : Conservation collective fruits/ légumes (caves) / Transformation (cuisine, micro-unité de transformation ?)
  • Dans le quartier, espace pour un marché, ouvert également au « surplus » des individuels ?
  • Animation du lien social et de la culture agricole

Agriculture Contractuelle (AMAP ou ACP à la Suisse…)

  • Quels emplois sur place ? Emplois agricoles ? Commerces ? Services à la population ?
  • Sentier pédagogique • Interaction pédagogique / partenariat avec Ferme Bussière SINE
  • Quel financement, sur la durée, des animations et aménagements pédagogiques ? Dons ou cotisations partici- pants ? Subvention ? (possible de subventionner le / les exploitants pour leurs actions vers le public -c’est le cas des «jardins d’insertion»!) Mécénat ? (Voir : Montagne Verte = Cora + Fondation Kronenbourg…)
  • Préserver autant que faire se peut les bosquets avec des arbres anciens de hautes futaies,
  • préserver l’environnement des résidents actuels de la frange du futur quartier, les associer a la réflexion sur l’architecture et le végétal ?

LE SITE DU PROJET « AGRO-QUARTIER » 

Les informations concernant l’éventuelle prolongation du tram jusqu’à l’Escale… voire plus, doivent être prises en compte pour la desserte du quartier car cela situerait deux arrêts tram à environ 500 m de « la Vignette » et 500 m de « l’Escale ».

Ce site proche est situé entre, au sud du Château de Pour- talès et au nord de la rue de Mélanie. Son emprise totale fait environ 30 ha dont 19 ha classés en zone ROB INA4 du POS de Strasbourg et 11 ha en zone ROB INA14 La majorité des terrains sont actuellement des terrains agricoles. Une petite partie est occupée par des jardins familiaux et des vergers. Quelques espaces sont en friches et présentent de la végétation type arbres/arbustes. Au plan de la biodiversité, il faut noter que les périmètres réglementaires ou d’inventaire sont les suivants :

  • Le site se trouve en partie dans une zone d’inventaire ZNIEFF2, LIT MAJEUR DU RHIN DANS SON COURS SUPE- RIEUR ENTRE STRASBOURG ET LAUTERBOURG
  • Ainsi qu’en bordure du périmètre Natura 2000 Oiseaux VALLEE DU RHIN DE LAUTERBOURG A STRASBOURG (zone réglementaire) et à proximité du périmètre Natura 2000 Habitats SECTEUR ALLUVIAL RHIN-RIED- BRUCHE, BAS-RHIN.
  • Il est également en bordure de la future Réserve Natu- relle Nationale de la Forêt de la Robertsau
  • Ainsi qu’en bordure du site RAMSAR.
  • Il est enfin en zone tampon du projet de Trame verte de la CUS, en cours de finalisation.

Une étude intitulée « sites de développements potentiels identifiés dans le cadre du PLU [Plan Local d’Urbanisme] communautaire – Ecolor » est par ailleurs en cours de finalisation. Elle couvre notamment le site Robertsau-Mélanie. Il s’agit de réaliser un double inventaire faunistique et floristique ainsi que d’établir les fonctionnalités écologiques du site. Les premiers éléments dont nous disposons établissent un enjeu moyen/fort relatif à la conservation des linéaires boisés existants et au renforcement du corridor du canal des Français. S’agissant de la mitoyenneté urbaine, le site de l’Agro-Quartier « Mélanie-Pourtalès » est entouré par du tissu urbain déjà constitué, majoritairement résidentiel et développé autour de la rue Kempf et de la rue Mélanie. Il s’agit d’un tissu urbain mixte constitué de maisons individuelles, de maisons bi/tri-famille et d’immeubles collectifs (rdc +2/3 niveaux en moyenne).

S’agissant des accès à la zone impactée, ils se font actuellement par des voies de dessertes en impasse ou en boucle, reliant les rues Kempf et Mélanie au site de l’Agro-Quartier « Mélanie-Pourtalès ». Des amorces de voiries ont déjà été réalisées, en suivant les emplacements réservés inscrits au POS. [Plan d’Occupation des Sols] Enfin, on ne peut oublier le futur PPRT du Port aux Pétroles [Plan de Prévention des Risques Techniques], qui n’est pas encore mis en œuvre par le Préfet, aura évidemment un impact sur ce projet.

Caractéristiques du projet

400 logements : un maximum !

  • Un habitat diversifié (mixité sociale, mixité d’usage…)
  • Une concentration le long des voies routières existantes.
  • Une densification raisonnée à hauteur limitée.
  • Des choix architecturaux multiples.
  • Un choix résolument éco-compatible.

Un nouveau quartier ! De nouveaux habitants !

  • Des structures communes mutualisées.
  • Un fonctionnement « coopératif » – pour l’habitat comme pour la mise en valeur des produits agricoles.
  • Une parcelle ou une terrasse « maraîchable » par appartement, y compris en logement social.
  • Un attrait nouveau pour les riverains actuels et les Strasbourgeois.
  • Une éthique de quartier choisie par ses habitants.

Desserte et Déplacements

  • Une densité automobile limitée à 0,5 par appartement maximum.
  • Pas de nouvelles voies automobiles traversantes, uniquement des accès se terminant en boucle de retournement.
  • Seuls les déplacements doux traversent le site.

Label Éco-quartier, uniquement si

  • Transports en commun multiples accessibles (Tram, Bus, Navettes, auto-partage, etc.)
  • Accessibilité à pied à des services /commerces de base et des emplois de proximité.
  • Vivre, travailler, s’approvisionner, apprendre, se divertir, dans le même périmètre
  • Réserver des espaces au bas des immeubles destinés aux commerces, à l’artisanat, aux services publics et services à la personne.
  • Mettre en commun des lieux dédiés à des fonctions sociales, culturelles ou autres (crèches parentales, ateliers communs, maison des Ainés, maison des jeunes…)
  • Créer des lieux ouverts (placettes, lieux de convivialité et de rencontres, cafés, restaurants).
  • Développer la distribution de la production locale, (AMAP, magasin de producteurs, libre cueillette…)
  • Créer un lien entre les points d’intérêt écologiques et agricoles de la Robertsau
  • Développer la fonction agro-pédagogique du lieu, en lien avec l’ensemble de la Robertsau et bien au-delà.
  • Sentiers pédagogiques : découvrir l’agriculture, la botanique, la faunistique…
  • Démarches et évènements pédagogiques, en lien avec le SINE (Ferme Bussière)

Extraits et sources Atelier des attentes sur le projet d’Agro-Quartier « Mélanie-Pourtales »

Gérald Brothier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA ImageChange Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.