Saint Fiacre requinqué

Saint Fiacre requinqué

Quand on évoque le maraichage et  en particulier à la Robertsau c’est tout le fondement, toute l’histoire de ce quartier qui est revisitée.

hornecker
David Hornecker – Photo Bernard Irrmann

En effet c’est à la  fin du XVIIème siècle que ce quartier devint la principale zone maraichère de Strasbourg grâce à l’arrivée des jardiniers français en 1681 et à l’installation des jardiniers strasbourgeois contraints de quitter la ville intra-muros. Le maraichage connait son apogée dans l’entre deux guerres .

En 1927 à la Robertsau on compte 130 maraichers qui employaient près de 200 personnes sur 220 hectares .Mais petit à petit on assista à l’irrémédiable déclin de l’activité maraichère due aux difficultés de survie de celle-ci  ( à cause de la concurrence des supermarchés , des nouvelles tendances consuméristes ,de la mondialisation )En 1960 on en comptait déjà  plus que 69,en 1990 il n’en restait plus que 15 .

En 2002 Jean Pierre Andress décidait de reprendre, avec courage et obstination ,l’exploitation familiale et devenait en quelque sorte et pour quelques temps  le ‘’ dernier des mohicans’’ dans son domaine qui se situe rue de l ‘Afrique et  où toute la famille s’associe pour vous servir les légumes de saison cueillis sur place ainsi que des replans pour vos jardins et jardinières

Mais depuis peu ,heureuse surprise ,une( ancienne ) nouvelle exploitation  refait surface : rue du Chemin Goeb .

En effet  David Hornecker reconduit l’exploitation familiale en y aménageant de nouvelles serres, en replantant des arbres fruitiers , de la rhubarbe, des fraisiers sur une surface de 4 hectares et en plus …c’est du bio.

Voilà  de quoi réjouir les papilles des Robertsauviens car là aussi la vente directe y est assurée 

Pour l’Adir , pour une bonne nouvelle, c’est une bonne nouvelle car ce projet ’était loin d’être  gagné car certainement beaucoup de plans (mais certainement pas  de courgette ou de tomate) de   promoteurs  devaient déjà  dévorer   ce champ   mais apparemment la gouvernance de la ville a finalement  décidé de soutenir ce projet de maraichage Nous nous en félicitons et souhaitons longue vie à cette résurrection.

Saint Fiacre, le patron des jardiniers ,peut enfin se refaire une santé et  savourer sa revanche sur la bétonnite aigu qui s’est emparée du quartier du  Lauch.

Une réaction au sujet de « Saint Fiacre requinqué »

  1. Je me réjouis comme beaucoup d’ autres, de l’ initiative de David Hornecker.
    Dans ce contexte, j’ aurais bien aimé avoir des informations sur l’ association « Saint Fiacre », est-elle encore active, y aurait-il un contact?
    Je serais reconnaissant pour toute information!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA ImageChange Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.