Voie VNF les réponses complètes des candidats

Voie VNF les réponses complètes des candidats

L’ADIR a interrogé les listes présentes au second tour de l’élection municipale de Strasbourg sur l’avenir de la route VNF (ex-route EDF). Voici leurs réponses complètes.

Jeanne Barseghian :

« La forêt de la Robertsau va être très prochainement classée en réserve naturelle nationale. Reconnaissance du caractère exceptionnel de cette forêt, ce classement permettra notamment de mettre en oeuvre des actions de restauration de ses richesses naturelles, notamment en connexion avec le Rhin, l’Ill et leurs méandres. Cette reconnexion du Rhin à sa forêt exige une attention particulière à la restauration des liens naturels entre la lisière Est de la forêt et le fleuve.

Nous serons cohérents avec le classement de la forêt de la Robertsau en réserve naturelle, en renaturant la route VNF pour y permettre l’épanouissement des fonctionnalités naturelles entre la forêt et son fleuve. Ainsi renaturé, cet espace servira aussi à la pédagogie et à la détente de nos concitoyen·ne·s, dont beaucoup apprécient la quiétude qu’ils·elles y trouvent.

Nous sommes donc fermement opposés à la réouverture de cette route aux camions et au projet de rocade Nord vers Gambsheim. Non à l’encerclement de Strasbourg par les couloirs à camions. »

Alain Fontanel :

Ma position sur ce point a toujours été claire. En tant que Robertsauvien et dans le cadre de mes responsabilités d’élu.

La voie VNF longe d’un côté le Rhin et de l’autre la Wantzenau et la Robertsau, et longe tout à la fois deux zones de loisirs, l’étang du Blauesland, et l’étang Du Rohrkopf. 
Envisager l’ouverture de cette voie pour la desserte du Port conduirait, même encadrée, à reconstituer un appel d’air pour les camions, qui transportent par ailleurs des matières dangereuses. Elle entre en contradiction avec les restrictions déjà en œuvre sur cette voie dans le cadre des prescriptions du PPRT.

Cette idée, d’un autre temps, défendue par une autre candidate tête de liste aux élections, me paraît source évidente de pollutions et de nuisances diverses pour les Robertsauviens et contrevient au classement en réserve nationale naturelle en cours de la forêt de la Robertsau. Cet accès nécessiterait en effet des aménagements de voirie, en limite de réserve, dont un élargissement, qui vont à l’encontre des objectifs même d’une réserve naturelle, de protection de la faune et de la flore.

Enfin, cette idée ne saurait constituer une solution à apporter au problème prégnant de pollution Avenue du Rhin. Pire, elle conduirait à opposer deux quartiers. C’est pourquoi, Maire de Strasbourg, je resterai opposé à l’ouverture de la route VNF.

Catherine Trautmann :

Aujourd’hui, pour notre liste « Faire Ensemble », la préoccupation de la santé de nos concitoyens est une priorité. Nous voulons en particulier améliorer les conditions de vie en matière de pollution atmosphérique due non au passage des poids lourds et à la forte densité du trafic automobile.
Ces questions concernent l’intégralité de notre territoire de la ville de Strasbourg et même de notre agglomération.

C’est avec les habitants que nous voulons travailler à la prise en compte des questions liées à la santé publique et aux solutions d’entrées et de sorties de notre ville. Ces solutions devront combiner la qualité de vie et l’activité économique essentielle aux milliers de citoyens qui ont besoin de leurs emplois pour faire vivre notre territoire.

Depuis quelques années maintenant, le Port de Strasbourg a entamé une vraie politique d’intermodalité fer, routes, voies d’eau. Aussi, compte tenu des enjeux, des implications de la voie nord, je souhaite que soit étudié sérieusement (ce qui n’a jamais été fait jusqu’à présent) le développement du ferroutage pour assurer la desserte du port et de ses entreprises

En effet, le schéma logistique dédié aux transports de fret et aux livraisons urbaines est l’un des grands chantiers auquel je souhaite associer tous les acteurs du territoire. Ce schéma tiendra compte des travaux réalisés dans le cadre du Grenelle des mobilités et des études menées par la Région Grand Est.

Dans un futur proche, l’Avenue du Rhin ne sera plus empruntable par les poids lourds. L’accès sud sera aménagé pour absorber le maximum du trafic qui sera déporté, mais ces améliorations ne pourront répondre à elles seules aux besoins du port.

Il faudra veiller également à ne pas réencombrer l’A35 alors que nous souhaitons diminuer le trafic pour entamer sa transformation de manière durable.

Lire aussi :

GÉOTHERMIE PROFONDE : LES RÉPONSES DES CANDIDATS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA ImageChange Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.