Géothermie et voie VNF : les principales réponses des candidats

Géothermie et voie VNF : les principales réponses des candidats

L’ADIR a interrogé les listes présentes au second tour de l’élection municipale de Strasbourg sur deux sujets particuliers, l’avenir de la route VNF (ex-route EDF) et le devenir de la géothermie profonde.

Nous reprenons ici les principaux éléments de réponses que nous avons obtenues.

Route VNF

Jeanne Barseghian souhaite « renaturer la route VNF pour y permettre l’épanouissement des fonctionnalités naturelles entre la forêt et son fleuve ». Elle rappelle son opposition «  à l’encerclement de Strasbourg par les couloirs à camions » et particulièrement à  la « réouverture de cette route aux camions et au projet de rocade Nord vers Gambsheim ».

Pour Alain Fontanel,  « envisager l’ouverture de cette voie pour la desserte du Port conduirait, même encadrée, à reconstituer un appel d’air pour les camions, qui transportent des matières dangereuses, en contradiction avec les restrictions déjà en œuvre sur cette voie dans le cadre des prescriptions du PPRT» . Il souligne que « cette idée ne saurait constituer une solution à apporter au problème prégnant de pollution avenue du Rhin. Pire, elle conduirait à opposer deux quartiers ». Il affirme ainsi son opposition. 

A l’inverse Catherine Trautmann avance que « l’avenue du Rhin, à Neudorf, ne sera plus empruntable par les poids lourds dans un futur proche. L’accès sud devra être aménagé pour absorber le maximum du trafic qui sera déporté, mais ces améliorations ne pourront répondre à elles seules aux besoins du port. Aussi, compte tenu des enjeux, des implications de la voie nord, je souhaite que soit étudié le développement du ferroutage pour assurer la desserte du port et de ses entreprises. »

Géothermie profonde

Jeanne Barseghian fait le constat que « l’Eurométropole de Strasbourg est dépendante des sources d’énergies fossiles à plus de 90 % ». Elle souhaite « préparer Strasbourg à une vie sans énergie fossile en engageant une politique volontariste de réduction de nos consommations, et d’autre part, en explorant toutes les sources d’énergies renouvelables disponibles sur notre territoire ». Tout en soulignant que « les récents événements sismiques nous ont rappelé la vigilance … Le cas échéant, les conditions de déroulement de ces forages devront être durcies, afin de réduire encore le risque sismique ».

Alain Fontanel rappelle son opposition à « l’installation d’un forage, porté par l’entreprise Fonroche, sur le site du Port au Pétrole en 2015 ». Et d’assurer, « suite aux épisodes de sismicité ressentis à la Robertsau les 11 et 12 novembre dernier, de sa  détermination à suivre ce dossier de près et à se battre pour que les tests d’injection ne puissent reprendre dans des conditions identiques ». Il souhaite également organiser « des assises de la sécurité industrielle » sur l’avenir du Port aux pétroles. 

Catherine Trautmann juge prématuré « de se prononcer sur la faisabilité ou non des projets de géothermie profonde ».  Si cette technique « est utile pour la transition énergétique du territoire et pour l’emploi, je veux garantir avant tout la sécurité des Strasbourgeois ». Elle attend « les résultats des dernières études indépendantes et les arbitrages de la Préfecture sur les évènements sismiques ». Et de poser la question : « Y a-t-il concomitance entre les phénomènes sismiques et les forages des projets de géothermie ? Si elle devait être avérée, nous en tirerons tous les enseignements sans prendre aucun risque pour les strasbourgeois ». 

Les réponses complètes des trois candidats sont à lire sur notre site http://www.adirobertsau.fr

GÉOTHERMIE PROFONDE : LES RÉPONSES DES CANDIDATS

VOIE VNF LES RÉPONSES COMPLÈTES DES CANDIDATS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA ImageChange Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.